15 ans de prison pour un fratricide

15 ans de prison pour un fratricide

Sa femme et ses deux enfants, qui se tenaient aux sièges de la salle d’audience à la chambre criminelle près la Cour d’appel de Meknès, le regardaient tout en larmoyant. Sa belle-mère et son voisin, qui a conduit la victime vers l’hôpital, se tenaient en dehors de la salle d’audience en attendant qu’ils soient appelés à la barre afin de présenter leurs témoignages.

«Informé par ma fille, je l’ai rejoint pour le sauver. Le sang coulait de sa tête. Mais, notre voisin, Mohamed, l’a conduit rapidement à bord de sa voiture vers l’hôpital Mohammed V à Meknès», ajoute-t-il devant les trois magistrats de la Cour.

Dans le procès-verbal, l’histoire qui s’est produite à Sebt Jahjouh, dans la région d’El Hajeb, incrimine le mis en cause qui n’est autre que le frère du défunt. L’officier qui l’a rédigé a attesté que le mis en cause avait avoué avoir donné un coup de bâton à la tête de son frère. Selon la version consignée dans le procès-verbal, le mis en cause a été informé que sa fille avait été maltraitée par son frère. Aussitôt, il l’a rejoint aux champs pour lui demander explication.

La victime lui a répondu qu’il maltraite sa fille à chaque fois qu’elle conduit le troupeau à son propre champ. Hors de lui, le mis en cause a saisi un bâton et a asséné un coup au niveau de la tête de son frère. Un seul coup était suffisant pour que celui-ci perde connaissance. À bord de la voiture de leur voisin, la victime a été conduite vers l’hôpital Mohammed V, à Meknès. Soigné, il a été emmené chez lui. Cependant, son état de santé a commencé à s’aggraver. Il a été conduit une fois encore à l’hôpital où il est passé de vie à trépas.

«J’ai entendu la fille de mon beau-frère qui demandait secours. Je l’ai rejoint pour savoir ce qui est arrivé. J’ai remarqué son père allongé par terre, le sang coulait de sa tête et il me disait que son frère lui avait donné un coup de bâton à la tête», atteste la belle-mère devant les magistrats de la Cour. De même, le voisin qui a conduit la victime vers l’hôpital a présenté son témoignage devant la Cour en disant que le défunt lui avait expliqué que son frère lui avait donné un coup de bâton à la tête.

Le mis en cause continue à clamer son innocence. Seulement, le rapport de l’autopsie a conclu que le défunt avait rendu l’âme suite à une hémorragie cérébrale due à une violence.
 A l’issue de l’examen de l’affaire, la Cour a jugé le mis en cause coupable pour coups et blessures ayant entraîné la mort de son frère et l’a condamné à 15 ans de réclusion criminelle.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *