20 ans de prison pour une bonne

Nous sommes à la Chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca. Nadia se tenait au box des accusés à côté de Saâdia.
«Nadia, tu es accusée d’homicide volontaire avec préméditation et vol qualifié. Saâdia, tu es accusée de complicité au vol qualifié», a déclaré le président de la Cour aux deux femmes. Qui sont-elles et comment ont-elles été mouillées dans une affaire aussi sordide ?
Nadia avait quinze ans quand elle a quitté son douar, situé non loin d’Azilal. Elle y a laissé ses parents, ses frères et sœurs. Sa famille est très pauvre et la vie est trop dure. «Une bouche de moins et quelques sous de plus», pensaient ses parents. Nadia a débarqué à Casablanca et a rejoint une famille en tant que bonne à tout faire. Elle se réveillait tôt le matin et dormait tard la nuit. Après trois ans au service de ses employeurs, elle est convaincue d’être exploitée sans la moindre reconnaissance. Et les bijoux en or, l’argent et les effets vestimentaires de son employeuse ont commencé à la séduire, à réveiller quelque chose en elle. Elle n’a pu se retenir devant cet étalage de richesses. Bien qu’elle ait essayé, une force mystérieuse l’a encouragée à fouiller les affaires de son employeuse en l’absence de cette dernière. Elle a fini par les subtiliser et prendre la fuite. Seulement, son employeuse, qui est parvenue à la localiser, a alerté la police. À l’âge de dix-huit ans, Nadia a déjà purgé une peine d’emprisonnement de six mois ferme. Derrière les murs du pénitencier, elle a rencontré Saâdia, âgée de quarante-deux ans et mère de deux enfants. Elle purgeait une peine de dix-huit mois pour vol et escroquerie. Nadia et Saâdia ont terminé leurs peines respectives le même jour et ont quitté le pénitencier ensemble. Un pur hasard. Nadia, qui n’avait pas où aller, a été invitée par Saâdia. Cette dernière était généreuse avec elle durant deux semaines avant de lui proposer une idée diabolique: «J’ai une bonne idée pour gagner de l’argent…Tu travailles chez des familles une semaine ou deux pour subtiliser les bijoux en or, les effets vestimentaires et l’argent. Je vais me charger de les écouler afin d’avoir de l’argent…», lui a expliqué Saâdia. Nadia n’a pas perdu de temps. Le lendemain, elle s’est adressée à un "samsar" (courtier) pour domestiques. Il lui a trouvé une famille. Nadia a passé une semaine chez cette dernière et s’est évaporée dans la nature. Saâdia s’est chargée de liquider le butin. Le nombre de victimes s’accroissait au fil des semaines. Et «La mauvaise bonne» ne donne plus signe de vie.
D’une famille à l’autre, Nadia a atterri chez la onzième. Quand son employeuse et son mari quittaient la maison pour aller travailler, personne n’occupait le domicile si ce n’était la mère de son employeuse.  Deux semaines plus tard, elle a pensé passer à l’acte. Seulement, cette fois-ci les choses vont aboutir à un drame. Comment ? Nadia est entrée dans la cuisine, s’est armée d’un couteau pour aller retrouver la mère de son employeuse et l’assommer. La vieille dame a perdu connaissance. Nadia ne s’est contentée pas de s’arrêter à ce stade. Elle a décidé de se débarrasser définitivement d’elle. Elle lui a serré le cou avec un foulard. Et la vieille dame a rendu l’âme.
Nadia a mis la main sur une petite valise à main renfermant des bijoux en or et sur des effets vestimentaires. Elle a quitté l’appartement laissant la vieille dame inerte. Elle s’est rendue chez Saâdia qui a liquidé tout le butin. Les deux complices n’ont été arrêtées que trois mois plus tard.
Saâdia a nié avoir encouragé Nadia à dérober les bijoux et l’argent de ses employeurs, cette dernière a reconnu toutes les charges retenues contre elle. Et la cour a condamné Nadia à 20 ans de réclusion criminelle. Alors que sa complice a écopé de deux ans de prison ferme.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *