4 ans de prison pour avoir tué l’agresseur d’une fille

4 ans de prison pour avoir tué l’agresseur d’une fille

Il n’a jamais imaginé se trouver dans une situation pareille, se tenant dans le box des accusés, avec pour seul tort d’avoir sauvé une fille des griffes de deux agresseurs. Âgé de trente-et-un ans, employé de son état, encore célibataire, il a même déclaré devant les trois magistrats de la chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca qu’il regrette de s’être interposé entre la fille et les malfaiteurs.

«Quand j’ai entendu les cris de la victime c’est tout naturellement que je suis allé à sa rescousse», a-t-il expliqué son comportement.
Il était de retour chez lui quand la voix d’une jeune fille qui demandait secours a attiré son intention. Il ne pouvait pas rester les mains croisées. Il a fait demi-tour pour aller vers la provenance de la voix. Et là il a découvert une fille coincée dans une petite impasse de Hay Mohammadi, dans la capitale économique, assaillie par deux énergumènes qui voulaient l’agresser.

«J’ai essayé de leur faire peur afin de la relâcher. Mais en vain», a-t-il ajouté à la Cour.
La victime, une jeune fille de vingt-six ans, journalière de son état, s’est présentée devant la Cour pour tout expliquer. «Il avait l’intention juste de me sauver. Mais, l’un des agresseurs a tenté de lui donner un coup de couteau», a-t-elle précisé dans son témoignage qu’elle a présenté après avoir prêté serment.
Elle a ajouté, toujours devant la Cour, qu’elle considère son sauveur comme un innocent.
«Il m’a menacé de me poignarder. Mais je suis arrivé à lui arracher son couteau et lui donner un seul coup sans avoir l’intention de le tuer», a expliqué le mis en cause qui a précisé qu’il était en état de défense légitime. Son avocat l’a considéré, lors de sa plaidoirie, comme un héros puisqu’il est arrivé à sauver la fille et se défendre sans avoir l’intention de tuer. Il avait uniquement, a ajouté l’avocat de la défense, l’intention de se comporter comme un être humain qui assume sa responsabilité en accomplissant son devoir.

Verdict : Bénéficiant de circonstances atténuantes, le mis en cause a été jugé coupable de coups et blessures ayant entraîné la mort sans avoir l’intention de la donner et a été condamné à 4 ans de prison ferme.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *