5 ans de prison ferme pour avoir violé une mineure

5 ans de prison ferme pour avoir violé une mineure

Tombée enceinte, il a continué à lui promettre de se marier avec elle mais il fallait qu’elle avorte. Une fois fait, il a commencé à lui tourner le dos.

Nous sommes à la chambre criminelle près la Cour d’appel d’El Jadida. Au box des accusés se tient un jeune homme, poursuivi en état d’arrestation, pour attentat à la pudeur sur une mineure ayant entraîné sa défloration. La victime qui se tient près de lui est maintenant âgée de vingt-et-un ans, donc majeure, mais les faits remontent à 2014 quand elle était encore mineure. En effet, lorsqu’elle a subi l’acte d’abus sexuel, objet de la plainte, la victime n’était qu’à son dix-septième printemps. Elle avait alors entretenu une relation amoureuse avec le mis en cause.

Une relation interdite par la loi qui la considère comme détournement de mineure si le partenaire est adulte majeur. Mais pour quelle raison a–t-elle attendu quatre ans pour porter plainte contre son violeur ? En réponse, la victime a expliqué aux enquêteurs que le mis en cause l’a incitée, alors qu’elle était encore mineure, à l’accompagner vers un domicile situé dans la région de Zmamra. En y entrant, il lui a mis un somnifère dans un verre de jus. Ayant repris conscience, elle s’est retrouvée violée et déflorée. Lorsqu’elle lui a reproché son acte, il lui a promis de se rendre chez ses parents pour la demander en mariage. Une amie lui a conseillé de ne pas trop se fier à ses paroles et, en guise de précaution, de se rendre chez un gynécologue pour lui remettre un certificat médical attestant son viol. Effectivement elle s’est rendue chez un spécialiste à Safi qui lui a remis le papier.

Elle l’a gardé tout en restant en relation avec le mis en cause. Entre-temps, elle est tombée enceinte. Et pourtant, il a continué à lui promettre de se marier avec elle mais il fallait qu’elle avorte. Une fois fait, il a commencé à lui tourner le dos. C’est pourquoi elle s’est rendue à la police pour porter plainte. En réponse aux accusations, le mis en cause a expliqué que c’est une fille de joie qui a passé en sa compagnie deux nuitées contre des sommes de 200 et 250 DH.

Verdict : Jugé coupable, il a écopé de 5 ans de réclusion criminelle. 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *