5 ans de prison pour avoir abusé de quatre enfants !

5 ans de prison pour avoir abusé de quatre enfants !

Jeudi dernier, à El Jadida, le rideau est tombé sur l’affaire d’un aide commerçant, âgé de vingt-trois ans, qui abusait sexuellement de quatre enfants, dont l’un à peine âgé d’un an et demi, en le condamnant à 5 ans de réclusion criminelle.

Dimanche 15 septembre, vers 21 h, une mère de famille demeurant à Derb Ghallef, un quartier d’El Jadida, entend des gémissements d’un enfant provenant des escaliers. Elle allume la lumière et aperçoit alors le jeune homme qui travaille dans le commerce de son mari en train d’abuser sexuellement d’un enfant. Pris en flagrant délit, il s’enfuit. Cet enfant, c’est celui de cette même mère de famille… Un enfant qu’elle allaite encore.

Comme si de rien n’était, le jeune homme, originaire de la ville de Tata, retourne à son lieu de travail, sans dire un mot à son employeur. Informé par son épouse,  celui-ci n’en croit pas ses yeux. Il décide lui aussi de faire comme si de rien n’était, le temps d’alerter la police des crimes pédophiles commis par son employé sur son propre enfant.

Une fois prévenus, les éléments de la police judiciaire de la ville d’El Jadida se dépêchent rapidement sur les lieux pour arrêter le jeune pédophile. Conduit vers le commissariat pour être soumis aux interrogatoires, il avoue avoir abusé sexuellement de cet enfant de dix-huit mois… Mais également de ses deux sœurs, âgées respectivement de trois et sept ans, ainsi que de l’enfant de l’associé de son employeur, à peine âgé de deux ans.

Le mis en cause occupait une chambre donnant sur le commerce et profitait de la confiance que lui accordaient ses employeurs pour conduire, de temps en temps, les deux petites filles vers la terrasse de la maison pour abuser d’elles. Quant aux petits garçons, il les violait dans les escaliers de la maison.

Le mis en cause, qui a été traduit devant la chambre criminelle près la Cour d’appel, lui a précisé avoir également été abusé quand il était enfant par ses camarades, lorsqu’il vivait encore dans son douar de la région de Tata.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *