8 ans de prison ferme pour avoir violé 2 jeunes filles

8 ans de prison ferme pour avoir violé 2 jeunes filles

Abdelali, un jeune, taillé en athlète, âgé de trente-deux ans, se tient debout au box des accusés, à la chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca. Il proclame son innocence, mais le président de la Cour l’avertit d’attendre qu’il soit interrogé tout en donnant l’ordre aux deux jeunes filles, Samira et Hanane, de quitter la salle d’audience et attendre elles aussi dans le hall.

Ce sont des victimes qui doivent présenter leurs témoignages. Avec ses regards, Abdelali suit leurs pas pour fixer ensuite le président de la Cour et tenter de se disculper en affirmant haut et fort : «Je n’ai jamais connu ces deux filles. Ce sont des menteuses». Le magistrat le fait taire, cette fois-ci en le menaçant de le chasser de la salle d’audience et examiner son affaire en son absence.

Abdelali était un employé qui gagnait dignement sa vie. Il est marié, et père d’un petit garçon. Malheureusement, sans raison apparente, il a commencé à se droguer et se soûler presque quotidiennement. Ce qui a changé complètement sa vie. Il a même été licencié de son emploi après un petit incident avec son patron. Et il a également été mouillé dans une affaire de viol doublé de vol. Un double crime qui lui a coûté deux ans de prison ferme. Libéré, il s’est livré complètement à la criminalité tout en oubliant qu’il est père de famille. De multiples agressions à l’arme blanche, viols, coups et blessure, etc.

Mais devant la Cour, il nie toutes les accusations qui lui ont été attribuées. Même devant les deux jeunes filles, Samira et Hanane, que le président de la Cour appelle à la barre pour présenter leurs témoignages, il clame son innocence et affirme qu’il ne les a jamais croisées dans la rue. Cependant, Samira atteste avoir été violée dans un coin du quartier Bernoussi, à Casablanca. Elle affirme qu’elle venait de descendre de bus, vers 21 h, quand le mis en cause lui met un couteau au niveau des côtes et l’oblige à l’accompagner vers un coin plus ou moins obscur, loin des regards des passagers. Là, il la viole sous la menace. Avant de la libérer, il lui subtilise son téléphone portable et une somme de deux cent dirhams. Au même coin il a conduit Hanane qui a également relaté son histoire à la Cour en pleurant. Et pourtant, le suspect continue de clamer son innocence.

Verdict : Jugé coupable pour kidnapping, séquestration, viol, coups et blessures et vol qualifié, Abdelali a été condamné à 8 ans de réclusion criminelle.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *