Abus de confiance ou vengeance ?

Abus de confiance ou vengeance ?

Après plus de dix ans de bons et loyaux services au sein d’une société de câbles, siégeant à Casablanca, Abderrahim quitte définitivement cette entreprise. Ce responsable commercial de cinquante-deux ans et père de quatre enfants est parti sans même demander ses indemnités. Son départ volontaire sans réclamer le moindre sou a mis la puce à l’oreille du patron. Pour avoir le cœur net, celui-ci a ordonné un contrôle des listes de la clientèle de la société. Résultat : un trou de près de 700 mille dirhams dans les comptes de la boite. Deux sociétés de télécommunication sont impliquées dans l’affaire. Ces dernières bénéficiaient de prix avantageux par rapport à d’autres sociétés.
Pour quelles raisons ? Le responsable de la société de câbles a donné ses instructions pour chercher à qui appartiennent les deux sociétés. Les résultats étaient frappants : l’une des deux sociétés appartient à  Abderrahim et l’autre à sa femme. Pourquoi a-t-il accordé des prix avantageux à sa société et à celle de sa femme ? En plus, a-t-il le droit d’être en même temps employé dans une société, client et patron d’une autre société concurrente ? Le contrat de travail qui le lie avec son employeur lui interdit formellement de travailler pour son propre compte. En conséquence, une plainte a été déposée auprès du procureur du Roi près le tribunal de première instance de Casablanca. Ce dernier l’a confiée à la PJ préfectorale de Casablanca qui a diligenté une enquête. Les enquêteurs ont convoqué Abderrahim, accusé par son ex-employeur d’abus de confiance. Il a affirmé aux enquêteurs que depuis qu’il a été embauché en 1995 par la société de câbles, il a déployé tous les efforts pour qu’elle se développe et pour que son chiffre d’affaires s’accroîsse d’année en année. «Ce n’est pas par hasard que la société ait atteint ses objectifs. C’est grâce à mon professionnalisme et à ma rigueur que le volume de sa clientèle a augmenté», a-t-il ajouté lors de son interrogatoire.
Il a signalé aussi que les prix avantageux accordés aux clients de l’entreprise étaient nécessaires pour que leur nombre augmente, ainsi que le chiffre d’affaires. Abderrahim a même expliqué aux enquêteurs la procédure lui permettant d’accorder un tel avantage à tel ou tel client. Il  effectue une enquête sur ce dernier et établit une fiche technique qui sera soumise à la direction générale. Celle-ci étudie le dossier avant de donner son accord final. « C’est la même procédure que j’ai suivie pour que les prix avantageux soient accordés à ma société et celle dirigée par mon épouse », a précisé Abderrahim, qui s’est interrogé sur les raisons réelles de la plainte de son ex-employeur. Il a ajouté aux enquêteurs que les deux sociétés étaient toujours solvables. Il a expliqué également que les factures sont toutes signées par le directeur financier de la société de câbles.
Abderrahim a précisé que son ex-employeur n’a relevé aucun préjudice lors de l’examen par la direction générale du dossier concernant l’octroi des prix avantageux aux deux sociétés. Et les factures signées par le directeur financier le prouvent. Cependant, l’ex-employeur d’Abderrahim a précisé que le contrat de travail interdit à un employé d’être en même temps un client et patron d’une entreprise concurrente. Ce non-respect du contrat de travail était suffisant pour que la police judiciaire l’appréhende et le traduise devant le procureur du Roi près le tribunal de première instance de Casablanca. Pour Abderahim, cette accusation relève de la pure vengeance.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *