Affaire de la spoliation d’une villa à Aïn Diab: Entre un an avec sursis à 12 ans de réclusion criminelle contre les 7 prévenus

Affaire de la spoliation d’une villa à Aïn Diab: Entre un an avec sursis à 12 ans de réclusion criminelle contre les 7 prévenus

L’affaire de la spoliation de la villa «Rêve de crabe» située à Aïn Diab, à Casablanca, a été close, aux premières heures du matin du vendredi dernier, en phase d’appel, par la chambre criminelle près la Cour d’Appel, en rendant son verdict contre les sept mis en cause à des peines d’emprisonnement allant d’un an de prison avec sursis à 12 ans de réclusion criminelle.

A ce propos, la Cour a rendu son verdict en confirmant le jugement de 12 ans de réclusion criminelle rendu, en première instance, contre le notaire A. Larbi et de 7 ans de réclusion criminelle rendu contre les trois entrepreneurs, B. Lotfi, L. Belkacem et H. Mustapha et contre le gardien de la villa, E. Housseïn. La Cour a également confirmé le verdict d’un an de prison ferme rendu, en première instance, contre l’avocat, K. Redouane. Le seul jugement qui a été annulé par la Cour est celui de l’acquittement rendu, en première instance, contre le plaignant B. Gérard, pour le juger coupable d’abus de confiance et le condamner à un an de prison aves sursis.

En effet, l’affaire porte sur les droits de propriété de la villa «Rêve de crabe» d’une superficie de 3.400 m2, appartenant à un couple sans enfants, les Brissot. L’épouse, Olga, devenue aveugle, est décédée le 1er septembre 2007. Son mari, Georges, rendit l’âme, à peu près trois ans et demi plus tard, le 16 juin 2011.  Se présentant comme héritier légitime de la famille Brissot qui n’a pas laissé d’enfants, B. Gérard, neveu de Georges Brissot, a entamé la recherche des biens de la famille au Maroc et en France pour qu’il découvre que des entrepreneurs marocains ont choisi de mettre la main sur la villa «Rêve de crabe» et l’ont frauduleusement acheté à Olga Brissot pour 10 millions de dirhams alors qu’elle est évaluée à trois fois plus. Après quoi l’affaire a rapidement éclatée et a été soldée par l’arrestation de trois entrepreneurs, un notaire, le gardien de la villa et un avocat qui sont poursuivis pour constitution d’une association de malfaiteurs, faux en écriture, usage de faux, abus de confiance, escroquerie et recel.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *