Affaire Younes Jratlou : Les parents désormais inculpés pour meurtre

Affaire Younes Jratlou : Les parents désormais inculpés pour meurtre

La justice belge a requalifié, vendredi, en «meurtre» le chef d’accusation contre les parents du petit Younes Jratlou, mort dans des conditions mystérieuses en 2009 à la frontière franco-belge, une décision jugée «excessive» par l’un de leurs avocats, rapporte l’agence Belga. La Chambre du conseil de Tournai (sud) a parallèlement décidé de leur maintien en détention. Mohamed et Naïma Jratlou avaient été inculpés en début de semaine, à titre provisoire, de «coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort, sans intention de la donner». Cette qualification signifiait une comparution devant un tribunal correctionnel, avec une peine maximale de 12 ans. Avec une inculpation pour meurtre, ils passeront devant une Cour d’assises et risquent de 20 à 30 ans de réclusion, et deux années supplémentaires si des circonstances aggravantes sont retenues. L’avocat du père de l’enfant, Me Xavier Magnée, s’est dit «scandalisé» par la décision et a annoncé son intention de faire appel. «Notre recours sera introduit lundi auprès de la Cour d’appel de Mons», a-t-il dit à Belga. «Je reste convaincu que la qualification des faits en meurtre est excessive. Comment pourrait-on penser que les parents d’une famille marocaine avec deux beaux petits garçons puissent aller jusqu’à ne fût-ce qu’imaginer d’assassiner un de leurs enfants? Le fait de parler de meurtre démontre, selon moi, la faiblesse des arguments de l’accusation», a-t-il indiqué. Younes, âgé de 4 ans, s’était volatilisé dans la nuit du 25 au 26 octobre 2009 du domicile familial au Bizet, un village proche de la frontière franco-belge. Son corps avait été découvert deux semaines plus tard dans une rivière, à 12 kilomètres du domicile familial. L’inculpation des parents en début de semaine avait été décidée par la juge d’instruction suite notamment à des résultats d’expertises qui ont montré que l’enfant était décédé par asphyxie, «à un moment très proche» de sa disparition, avait précisé le procureur de Tournai, Marie-Claude Maertens. Le père du petit Younes «persiste» à clamer son innocence au lendemain de son inculpation, a indiqué, mercredi, son avocat, qui n’exclut cependant pas la thèse d’un «drame familial». «Il persiste à dire qu’il est innocent», a déclaré à la chaîne de télévision belge RTL-TVI Me Xavier Magnée après s’être entretenu avec son client, Mohamed Jratlou, incarcéré depuis mardi à la prison de Tournai (ouest de la Belgique). «Le dossier contient essentiellement l’analyse ADN de toutes les traces que l’on a pu retrouver dans la maison, des traces de sang de Monsieur, de Madame et de l’enfant», a précisé, mercredi, Me Magnée après en avoir pris connaissance. «Si la justice nous dit un jour que le petit n’est pas tombé dans les mains d’un pervers qui l’a étouffé et lancé dans l’eau, et qu’au contraire c’est un drame familial, de la misère, et peut-être un geste mortel involontaire, nous aurons tous une pensée de soulagement parce qu’on est simplement dans Zola ou dans Balzac et pas dans Agatha Christie», a dit Me Magnée.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *