Arrestation d une bande qui s attaquait aux automobilistes

Arrestation d une bande qui s attaquait aux automobilistes

Tôt, il sort de chez lui ce dimanche 9 décembre. Il est 3 heures passées, il ouvre sa voiture, se met au volant et démarre. Sa destination ? : Rabat. Y sera-t-il vers 04h00 du matin ? Non, pas aujourd’hui. Car, il lui arrivera ce qu’il n’a jamais pu s’imaginer.
Il est 3h30, conduisant paisiblement sa voiture se laissant bercer par la musique de son lecteur de CD, arrivé au niveau du pont Sanhaji, dans le quartier Ben Msik, une grosse pierre tombe du haut du pont sur la voiture. Au bout de quelques mètres, il s’arrête et descend pour se rassurer que rien de grave n’est arrivé à sa voiture. Mais là une autre mauvaise surprise l’attend! Trois jeunes gaillards, armés de couteaux, se plantent devant lui. Il les fixe du regard sans crier. L’un des trois voyous s’approche de lui, met le couteau sous sa gorge et le menace de le tuer s’il fait le moindre geste. Les trois malfrats le fouillent, vident ses poches, le délestent de sa montre et montent ensuite dans sa voiture pour mettre la main sur un PC, deux téléphones portables et une somme de trois cents dirhams. Puis ils l’abandonnent.
La jeune victime se rend au commissariat de police qui se trouve sur l’autoroute. Peut-après, une autre voiture a été attaquée dans le même endroit. Les malfrats ont subtilisé un téléphone portable, une valise renfermant plusieurs effets vestimentaires et une somme de mille dirhams.
Pas moins d’un quart d’heure plus tard, un troisième automobiliste qui passe sous le pont Mohammed VI se retrouve face à quatre jeunes gaillards quand il est descendu de sa voiture immobilisée suite au choc dû à une grosse pierre tombée du haut du pont. Seulement, il a eu la chance de fuir et surtout de rencontrer une estafette qui effectuait sa ronde routinière. Il les informe de ce qu’il a subi. Quand les policiers se sont approchés, les assaillants qui étaient toujours en train de fouiller la voiture, ont entendu le son du moteur de l’estafette et ont vite pris la poudre d’escampette, escaladant le mur donnant sur la carrière Khalifa. Mais en l’espace de vingt-quatre heures, les limiers de Ben Msik ont réussi à arrêter trois des quatre voyous.
Il s’agit de trois chômeurs, âgés entre vingt-deux et trente et ans, tous des repris de justice. Les enquêteurs ont saisi chez eux deux PC, quatre téléphones portables et quelques bijoux en or. Les trois mis en cause ont été traduits devant la justice alors que le quatrième est activement recherché.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *