Arrestation d’un escroc à Casablanca

Arrestation d’un escroc à Casablanca

Il semble que Khaled, vingt-et-un ans, est intelligent, mais, il n’utilisait son intelligence que pour nuire aux autres. Leur promettant monts et merveilles, ils les filoutaient. Dès son dix-huitième printemps, cet originaire de Casablanca a été interpellé pour coups et blessures contre un ascendant. Bref, il maltraitait son père pour lui soutirer de l’argent afin de se procurer sa dose de haschich. Il a purgé une peine de huit mois de prison ferme assortie d’une amende de mille dirhams. Libéré, il semblait être devenu une autre personne, rééduqué et bien intégré, surtout qu’il a commencé à chercher un emploi lui permettant de gagner sa vie. Qui cherche trouve  et Khaled a déniché un emploi dans une petite société de vente de matériaux informatiques. Le salaire était dérisoire, ne dépassant pas le SMIG, mais c’était mieux que rien. Seulement, ce petit salaire ne lui permettait pas de répondre à ses besoins en haschich et en boissons alcoolisées. En conséquence, il a commencé à subtiliser des matériaux informatiques de la société qu’il revendait ailleurs. Et pour l’homme avide, même la tombe est étroite. Sa cupidité se développait au fil des jours au point que son patron l’a surpris en flagrant délit. Khaled a été arrêté pour abus de confiance et a été condamné à un an de prison ferme assortie d’une amende de cinq cents dirhams et des dommages et intérêts de vingt mille dirhams. Il  a été relâché il y a une année. Mais, il semble avoir trouvé un nouveau plan lui permettant d’amasser de l’argent sans déployer trop d’effort. Un plan qui nécessite uniquement un peu d’élégance, d’intelligence et de communication. À son vingt et unième printemps, il est déjà un escroc notoire. Il promettait du travail à l’un, de l’émigration vers l’Eldorado à l’autre, un contrat de travail aux Emirats Arabes Unis à un troisième, d’intervenir auprès d’une tierce personne pour innocenter un proche d’un quatrième impliqué dans un crime et ce, contre des sommes allant de dix à cinquante mille dirhams. Des plaintes ont été déposées contre lui. Le jeudi 17 novembre, il a été traduit devant la Chambre correctionnelle près le Tribunal de première instance de Casablanca. Mais ses victimes n’ont découvert que tardivement qu’elles n’étaient qu’une manne financière pour un escroc qui profitait de leurs malheurs et de leurs rêves.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *