Arrestation d’un père de famille ayant volé quatorze voitures

Nous sommes à Beni Mellal. Mohamed a garé sa voiture, ce jour de décembre, juste à côté de l’hypermarché. Il était en compagnie de sa femme. Tous deux avaient l’intention de faire leurs courses de la semaine. Ils y sont entrés. En fait, ils ne se sont pas rendu compte du temps qu’ils y ont passé. Peu importe. Avec les sachets bourrés de marchandises à la main, ils sont sortis. Ils n’avaient qu’une seule idée en tête : monter en voiture et rentrer chez eux. Ils se sont directement rendus au parking. L’homme regardait à gauche et à droite à la recherche de sa voiture. Il ne l’a pas trouvée. Il a demandé au gardien. Celui-ci s’est étonné. Où est la voiture ?
Mohamed n’était pas l’unique automobiliste dans la région qui a perdu sa voiture. Il y en avait plusieurs.
Depuis octobre dernier, les plaintes qui font état de la disparition de voitures affluent vers le bureau du chef de la sûreté. Il s’agit, sans aucun doute, d’une bande de malfaiteurs spécialisée dans le vol de voitures. Les policiers ont commencé leurs investigations pour tirer l’affaire au clair. Ils cherchaient dans les quatre coins de la ville pour mettre la bande sous les verrous et permettre aux automobilistes de pousser un ouf de soulagement. Quelques semaines plus tard, les enquêteurs sont arrivés enfin à avoir une information : les carcasses de quelques voitures disparues ont été retrouvées dans la région d’El Ksiba. Qui les a jetées dans cet endroit loin de Beni Mellal ? Les investigations se poursuivaient jusqu’au moment où les enquêteurs sont arrivés à identifier un homme qui semble être celui qui jetait les carcasses des voitures. Il s’agit d’un chômeur, repris de justice, père de deux enfants, âgé de quarante-sept ans, demeurant au douar Tissi, circonscription d’El Ksiba. Il avait purgé quatre peines d’emprisonnement pour les mêmes motifs, à savoir le vol de voitures. Deux ans de prison ferme lors de sa première arrestation, la même peine d’emprisonnement pour la deuxième, quatre ans pour la troisième et un an et demi pour la quatrième. Agissait-il seul ou avec des complices ?
Arrêté chez lui, il a avoué qu’il n’était pas membre d’une bande, mais qu’il agissait seul, sans complice. Il a affirmé aux enquêteurs qu’il ne ciblait pas uniquement Beni Mellal, mais qu’il a commis plusieurs autres vols de voitures à Khenifra, Tadla, Azilal, Tighassaline et Bejaâd. Il a ajouté aux enquêteurs qu’il ouvrait, par ses propres pratiques, les portières des voitures garées dans un parking sans attirer l’attention des gardiens. Et il les conduisait chez lui, dans un coin, qu’il avait aménagé en garage.
Il les démontait avant de revendre les pièces à des tiers. Alors qu’il se débarrassait des carcasses dans la région d’Ighram Laâlam. Le mis en cause a affirmé avoir perpétré pas moins de quatorze vols de voitures depuis qu’il a été libéré la dernière fois de prison. Et il y est retourné une cinquième fois.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *