Arrestation d’une bande de cambrioleurs à Khemis Zmamra

Cinq jeunes hommes se sont tenus récemment devant les magistrats de la chambre criminelle près la Cour d’appel d’El Jadida : Abdelouahed, Abdelkrim, Aziz, Redouane  et Mohamed. Ils sont tous célibataires et originaires de Khemis Zmamra. A l’exception de Mohamed qui était commerçant, tous les autres étaient au chômage. Abdelouahed, âgé de vingt-sept ans était tôlier avant de se pencher vers la  menuiserie. Mais, aucun des deux métiers ne lui rapportait l’argent nécessaire pour satisfaire tous ses besoins. Outre la nourriture et l’ habillement, il devait aussi acheter ses doses quotidiennes en boissons alcoolisées et haschich.
Le reste de son salaire ne lui suffisait pas pour acheter plus d’un ou deux « trois-quart » de vin rouge et plus de deux petits morceaux du haschich. Que devait-il faire? Sans trop penser, il avait décidé de joindre une bande de cambrioleurs de maisons et de commerces. Pas plus de quelques mois de délinquance lui avaient permis d’amasser assez d’argent. Abdelouahed a fini par être été arrêté, traduit devant la justice et condamné à six ans de réclusion criminelle. Mais en fait, il n a purgé que deux ans et demi pour être gracié. «Relâché, je n’ai trouvé personne pour m’aider à gagner ma vie et tourner définitivement le dos au cambriolage…», a expliqué Abdelouahed à la Cour.
À l’exception des délinquants de la région, tout le monde l’évitait, s’abstenait de s’approcher de lui et d’entretenir avec lui la moindre relation. Comme une peste, il semblait être maudit. La seule solution était de rejoindre une fois de plus le monde de la délinquance et de la criminalité. Il a alors fait appel à trois jeunes hommes du quartier : Abdelkrim, Aziz et Redouane. Avec les deux premiers, il avait choisi de cambrioler les maisons inhabitées durant le week-end. Ils ne mettaient la main que sur les objets précieux. «Nous défoncions les portes et nous brisions les cadenas et les barres en fer des fenêtres… Nous choisissions toujours les appartements inhabités pour ne violenter personne…», a avoué Abdelouahed.
C’était son troisième complice, Redouane, qui se chargeait de la liquidation du butin en recourant au commerçant, Mohamed. Si le premier a reconnu n’avoir jamais participé à un cambriolage et qu’il s’est contenté de liquider des objets subtilisés, le second a nié avoir acheté quoi que ce soit chez Redouane.
Après les délibérations, la Cour a jugé le premier mis en cause, Abdelouahed, coupable de constitution d’une association de malfaiteurs et vol qualifié avec récidive et l’a condamné à six ans de réclusion criminelle. Abdelkrim, Aziz et Redouane ont été jugés coupable de complicité.
Les deux premiers ont été condamnés à deux ans de prison ferme et le dernier à un an de prison ferme. Quant au présumé receleur, Mohamed, il a été acquitté.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *