Arrêté pour avoir tenté de brûler sa bien-aimée

Arrêté pour avoir tenté  de brûler sa bien-aimée

A. K, âgé de vingt-quatre ans, est tombé amoureux d’elle. Il ne rêvait que d’elle. Certes, il était au chômage et il devait chercher, avant tout, un emploi pour gagner sa vie, mais il l’aimait follement au point qu’il a décidé la demander en mariage.

Nous sommes à Tanger. Elle, qui est encore à son dix-neuvième printemps, savait que ce jeune homme, qui n’hésitait pas à tenter de lui adresser la parole, éprouvait de bons sentiments à son égard. Mais, sans l’humilier, elle l’ignorait, l’évitait et essayait, à chaque moment, de ne lui accorder la moindre occasion pour qu’il s’approche d’elle. Cependant, l’amour  semble l’avoir aveuglé au point qu’il n’a pas pensé lui tourner, à son tour, le dos.

Il est plutôt devenu très accroché à elle. A chaque fois qu’elle passait devant ses regards, il la rejoignait pour lui exprimer, contre son gré, son amour. Il lui demandait de lui accorder un petit moment pour lui parler. Une ignorance absolue qui le rendait de temps en temps très agressif comme cette fois quand il lui a coupé le chemin et l’a obligée à l’écouter. Il lui a expliqué qu’il n’abandonnerait jamais son combat pour qu’elle soit son épouse, qu’il n’imaginerait jamais le fait qu’elle soit en compagnie d’un autre homme à part lui et qu’il n’allait jamais la laisser tranquille jusqu’à ce qu’elle accepte de l’épouser.

En lui répondant, elle lui a affirmé que personne ne peut l’obliger à vivre sous le même toit avec quelqu’un qu’elle n’aime pas. Elle lui a clairement expliqué qu’elle ne l’aime pas et ne rêve jamais d’être son épouse. Hors de lui, il l’a menacée de la liquider sans la laisser pour un autre homme. Mais, elle n’a pas pris ses paroles au sérieux. Malheureusement, en mai dernier, A.K, est passé à l’acte.

Ce jeune homme a acheté de l’essence et s’est planté dans un coin du quartier, non loin de chez sa bien-aimée. Il a décidé de lui brûler le visage. Impatient, il est resté presque toute la journée à guetter sa sortie. A un moment donné, il l’a vue sortir de chez elle. Il a suivi ses pas jusqu’au moment où elle s’est éloignée, de quelques mètres, de chez elle. Aussitôt, il lui a coupé le chemin. Il a ouvert la bouteille et a aspergé sa tête d’essence. Dès qu’il a tenté d’allumer le briquet, elle est arrivée à s’enfuir et se sauver en rentrant chez une voisine. A.K a pris la poudre d’escampette. Une plainte a été désposée contre lui. Mais, il n’a plus donné signe de vie.
Trois mois plus tard, le soir du mardi 9 août, A.K,  a réapparu à Tanger et plus précisément au quartier Dhar EL Ganfoud. Les limiers de la capitale du détroit se sont plus rapidement mobilisés pour l’arrêter alors qu’il était sous l’effet de la drogue. Il a été traduit, vendredi dernier, devant le parquet général près la Cour d’appel.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *