Arrêté pour emission de faux timbres fiscaux

Arrêté pour emission de faux timbres fiscaux

De coutume, il est toujours sur une chaise, pas loin de la porte du siège des arrondissements Mers Sultan, à Casablanca. Il est gardien de bicyclettes et de vélomoteurs. Mais il vend également les timbres fiscaux! Tous les fonctionnaires et citoyens venus pour légaliser un document doivent passer par lui pour acheter le timbre fiscal. Même un agent d’autorité a toujours l’habitude de s’approvisionner chez lui. Seulement, cette fois, celui-ci remarque qu’il ne s’agit pas des mêmes timbres qu’il avait l’habitude d’acheter. «Ces timbres ne sont pas authentiques», dit-il au gardien qui garde le silence. L’agent d’autorité qui lui rend les timbres le sollicite d’alerter la police. Le gardien n’en croit pas ses oreilles. La police! s’exclame-t-il. L’agent d’autorité lui recommande de se présenter à la police avec ces faux documents. Sinon il risque d’être lui-même mouillé dans une salle affaire de falsification, lui précise l’agent. En fait, notre gardien ne perd pas son temps. Il prend sa bicyclette et se rend à la préfecture de police, au boulevard Zerktouni. Devant les éléments de la 8ème section du district d’Anfa, il étale tous les timbres en sa possession. À l’œil nu, les agents remarquent qu’ils s’agit effectivement de documents falsifiés. Mais il est nécessaire que des analyses scientifiques doivent être effectuées. Le lot de timbres est remis aux spécialistes qui attestent qu’ils sont bel et bien faux. Qui les a falsifiés? Pour chercher la réponse, les détectives de la PJ diligentent une enquête qui commence par la recherche de la personne qui les a vendus au gardien de bicyclettes. Il a été immédiatement identifié, il s’agit d’un père de famille, un quadragénaire, qui les a achetés à son tour chez un homme demeurant à Hay Moulay Abdellah. Ce dernier s’est avéré être le frère d’un détenu qui purge actuellement une peine d’emprisonnement à Taroudant pour le même motif, à savoir, la mise en circulation de faux timbres fiscaux. En fait, seul le frère du détenu a été maintenu en détention préventive. Les deux autres personnes, dont le gardien, ont été libérés provisoirement par le Parquet général. Mais l’enquête est toujours en cours pour l’arrestation des faussaires.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *