Assassinat d’un mineur pour 200 dirhams

Miloud est né en 1992 dans la région de Chaïbate, province d’El Jadida. Au banc de l’école, il était un élève brillant. Malheureusement, la misère au sein de sa famille l’a poussé à abandonner l’école à la fin du primaire. Par la suite, il rejoint son frère, tailleur à la ville d’El Jadida, pour apprendre le métier. L’enfant qui est arrivé de la campagne s’intègre facilement  dans la ville. Une intégration et une fréquentation qui ne l’ont pas mis entre les mains de la délinquance, ni de la drogue. Bref, Miloud était un garçon jouissant d’une bonne réputation qui n’était préoccupé que par son métier.
La dernière fois, il a été découvert, vers 19 h, corps sans âme, à Derb Lahlali. Que lui est-il arrivé ? Qui l’a tué ? Pourquoi ? Des questions qui n’avaient de réponses que chez son ami, Abdellah, qui était en sa compagnie lors du meurtre. Quand les éléments de la police du 4ème arrondissement de la ville sont arrivés sur le lieu de crime, il était encore sous le choc. Il n’avait jamais pensé qu’il soit tué aussi facilement. Difficilement, les enquêteurs sont arrivés à le convaincre qu’aucune autre personne n’est en mesure de les aider à élucider l’affaire.
«Il l’a tué…Il l’a tué sans savoir pourquoi…», a-t-il affirmé en sanglotant. Il n’a pas pu retenir ses larmes, ne serait ce qu’ une seconde.
Ils étaient ensemble quand ils se sont rendus chez un tailleur traditionnel au quartier Al Qalâa et lui ont remis un tissu pour  la confection d’une djellaba. Tous les deux ont emprunté le chemin, ensuite, vers Souika, pour prendre un sandwich dans une crémerie. Avant d’y arriver, ils étaient obligés de passer par une ruelle plus ou moins obscure. C’est là qu’ils ont été croisés par deux jeunes hommes.Que voulaient-ils ? Les agresser. L’un d’eux a attaqué Miloud et l’autre a tenté d’immobiliser Abdellah. Au moment où ce dernier résistait, Miloud tentait de se défendre contre le jeune homme qui voulait lui soutirer un billet de deux cents dirhams caché dans sa poche. Sans arriver à le dérober, il a brandi un couteau qu’il dissimulait dans sa chaussette et lui a asséné deux coups mortels.  Après quoi, il a pris la fuite. Son ami l’a suivi en courant. Abdellah a alors fourni tous les signalements des deux jeunes hommes aux enquêteurs. Les investigations minutieuses menées par ces limiers leur ont permis d’arrêter les deux lascars. Il s’agit de deux repris de justice, drogués, ivrognes, qui ne gagnent leur vie qu’en recourant aux agressions. Tous les deux ont été traduits devant la Cour d’appel d’El Jadida. Ils sont poursuivis pour coups et blessures ayant entraîné la mort, tentation de vol qualifié et violence.
   

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *