Belgique : il diffuse des films pédopornographiques sur Internet

Le directeur de l’école primaire Onze Ark à Woesten, dans la commune de Vleteren (Flandre occidentale), qui est en prison pour détention de matériel pédopornographique, s’est fait passer sur internet pour une fille de 12 ans, indiquent dans Het Laatste Nieuws des sources judiciaires. Via des sessions de chat, il était apparemment à la recherche de mineurs. La justice enquête pour découvrir s’il a rencontré des adolescents. Ludovik D, âgé de quarante et un ans, a été interpellé dernièrement après qu’une enquête des autorités judiciaires d’Audenarde a montré qu’il échangeait du matériel pédopornographique par e-mail et lors de sessions de chat. Le directeur a été entendu et est «rapidement» passé aux aveux. Son épouse a également été visée mais elle n’est provisoirement pas inculpée. Il a entre-temps été suspendu de ses fonctions de directeur. Il ressort désormais de l’enquête que l’ex-directeur ne regardait et n’échangeait pas seulement du matériel pédopornographique mais qu’il s’est fait passer sur Internet pour une fille de 12 ans et qu’il était clairement à la recherche de contacts avec d’autres mineurs. La justice analyse actuellement les sessions de chat et les mails. Elle tente ainsi de déterminer s’il a pris rendez-vous avec des adolescents et s’il les a vraiment rencontrés. D’après Het Laatste Nieuws, il se serait limité à des «contacts virtuels». Chatter sous une fausse personnalité, qui montre des similitudes avec celle de sa propre fille, alourdit les charges à l’encontre du directeur. L’affaire s’est déclenchée après que le parquet d’Ypres ait reçu une information de la part de collègues d’Audenarde. Les pièces à conviction nécessaires ont été trouvées sur l’ordinateur du directeur lors d’une perquisition. Le parquet d’Ypres dit qu’aucun élève de l’école n’est impliqué. Le pouvoir organisateur de l’école primaire a décidé de suspendre préventivement le directeur de 41 ans. Les parents ont été mis au courant lundi soir, lors d’une réunion. Plus tôt dans la journée, les élèves avaient été informés de la situation par leurs professeurs. Le pouvoir organisateur de l’école, qui a été mis au courant de l’affaire, a indiqué qu’aucune plainte n’avait été recensée à l’école par rapport au comportement du directeur. L’école compte quelque 180 élèves de primaire et maternelle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *