Belgique : Triple assassinat sur fond de rivalité

Les trois corps découverts vendredi soir dans une camionnette tombée dans le canal Zuid-Willemsvaart à Eisden-Dorp ont été identifiés, a indiqué samedi le parquet de Tongres. Les trois victimes faisaient partie d’une bande de motards. Il pourrait s’agir d’un règlement de compte au vu de la brutalité des faits. Le parquet de Tongres a ordonné l’ouverture d’une enquête et un juge d’instruction s’est rendu sur les lieux. Le parquet de Tongres se montre peu disert. «Les identités des trois hommes sont connues, mais elles ne seront pas encore rendues publiques pour les besoins de l’enquête. Un nouveau point de presse sera organisé si des informations peuvent être dévoilées dans les heures ou les jours à venir», a déclaré Mme Vandenborne. Selon certaines sources, les trois hommes pourraient être des membres des Outlaws, un club de motards qui possède un local à Maasmechelen. Plusieurs arrestations ont eu lieu, lundi, dans cette affaire de règlement de compte qui a coûté la vie à trois personnes. Ces arrestations ont ciblé les membres des Hells Angels, littéralement des «Clubs de moto des anges des enfers», qui est un groupe de motards, considéré souvent comme criminel dans certains pays. Parmi les arrêtés figure Fabrizio M., président de la section de Zwartberg (Belgique). Selon le Laatste Nieuws, les Hells Angels ont été arrêtés pour audition. Fabrizio M. n’est pas seulement le président de la section de Zwartberg, il finance aussi, via la SA Zonhovense Truck en Car, la centrale de pneus à l’inauguration de laquelle les trois victimes ont fait une apparition vendredi. Deux des trois victimes étaient membres, ou candidats-membres, de la bande rivale des Outlaws, selon le journal. Het Belang van Limburg indique pour sa part que les Outlaws collaboreront à l’enquête, ce qui est remarquable vu l’omerta qui règne dans le milieu. «La perte de deux membres a été durement ressentie par le club», a souligné leur avocat, Jo de Meester. «J’ai conseillé à tout le monde de transférer toute information au juge d’instruction ou à l’équipe d’enquêteurs».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *