Casablanca : 10 ans de réclusion pour un meurtrier

Khaled et Nouredine sont deux frères unis pour le meilleur comme pour le pire. Tels des jumeaux, ils ne se séparaient jamais. Le premier a vingt et un ans et le second en a vingt-quatre. Avec un niveau scolaire basique, ils ont tourné le dos à l’école. Leurs parents les ont encouragés à passer au moins un concours pour l’accès au centre de formation professionnelle. En vain. Les deux frères semblent n’avoir plus la volonté d’apprendre quoi que ce soit. Et ils ont choisi de faire de la rue un lieu d’apprentissage de tous les ingrédients de la délinquance. Certes, ils se débrouillent de temps en temps pour avoir quelques sous. Mais, ils claquaient le tout pour avoir leur dose quotidienne en haschisch ou en boissons alcoolisées.
Raja et Soumaya sont amies depuis peu de temps. La première a dix-sept ans et la seconde en a vingt et un. Leurs parents les ont laissées livrées à leur propre sort. Elles font figure depuis longtemps d’offrande à la rue. Elles y ont appris tous les mauvais comportements. À l’instar de la majorité des jeunes, les deux amies ont croisé, à la rue, les deux frères. Un brin de conversation qui débouche sur un rendez-vous. Au fil des rencontres, ils ont décidé, la dernière fois, de passer ensemble un moment inoubliable. Comme à l’accoutumée, les deux filles n’ont pas hésité une seconde à accepter. Les deux frères avaient déjà acheté des bouteilles de vin et quelques cannettes de bière. Quand les deux filles les ont rejoints, ils ont commencé à s’enivrer en pleine rue. Quelques instants plus tard, Larbi, leur voisin du quartier, âgé de trente-trois ans, accompagné de deux autres jeunes hommes, les ont rejoints. Au fil des verres, les têtes ont tourné au point que Larbi a commencé à faire des avances à l’une des deux filles.
Les deux frères, hors d’eux, ont commencé à l’injurier. Larbi et ses deux amis ont appelé un petit taxi et se sont éclipsés. Un quart d’heure plus tard, ils reviennent sur les lieux en compagnie d’un troisième ami et d’un autre frère de Larbi. Ils étaient cinq au total et armés de couteaux. Les deux frères et leurs deux amantes étaient encore sur les lieux.
Les injures ont commencé à pleuvoir et on en vînt aux armes blanches. L’un des deux frères, Nouredine, s’est effondré suite à un coup de couteau asséné par Larbi. Ce dernier et ses amis ont pris la fuite.
Alertés, les éléments de la police se sont dépêchés sur les lieux et Nouredine a été évacué vers les urgences de l’hôpital Ibn Rochd où il a rendu l’âme.
Le lendemain, Larbi s’est présenté au commissariat de police pour déposer plainte contre les deux frères. Écroué sur le champ, il a conduit les enquêteurs vers ses complices pour qu’ils soient tous mis entre les mains du parquet général près la Cour d’appel de Casablanca.
Devant la Chambre criminelle, il a nié avoir asséné un coup de couteau à Nouredine. «Je ne lui ai donné que des coups de poings», a-t-il précisé à la cour. Et qui a tué Nouredine ? Il répondait qu’il n’en avait aucune idée.
Au contraire, ses quatre amis l’ont accusé d’être l’auteur du crime. «Il était l’unique personne qui était armée d’un couteau», a affirmé l’un de ses quatre amis. Ces derniers ont précisé n’avoir pas agi et qu’ils se contentaient d’assister à la bagarre.
Après le réquisitoire du représentant du ministère public et les plaidoiries des avocats de la défense, la Cour a jugé Larbi coupable pour coups et blessures ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner et l’a condamné à 10 ans de réclusion criminelle. Quant à ses quatre amis, poursuivis pour non-assistance à une personne en danger, non-dénonciation d’un crime et ébriété, ils ont écopé de huit mois de prison avec sursis.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *