Casablanca : La police cherche un mari qui aurait tué sa femme

Casablanca : La police cherche  un mari qui aurait tué sa femme

Les éléments de la police judiciaire relevant du district de Hay Hassani à Casablanca et leurs collègues de la PJ préfectorale sont sur les traces d’un maçon suspecté d’avoir tué sa femme dans un appartement du lotissement Zineb, quartier Zoubir, dans la région d’El Oulfa, à Casablanca.

En effet, il y a pas moins de deux ans, quand la défunte, âgée de quarante-sept ans, a rencontré son futur mari.

Elle faisait le ménage chez une famille quand elle a attiré l’attention de ce maçon, son cadet de treize ans. Ce dernier a fini par lui exprimer ses sentiments… et ses bonnes intentions. Certes, son salaire ne lui suffisait pas pour fonder une famille, mais il lui a promis de tout faire pour la rendre heureuse. De son côté la femme le rassure en lui disant de ne pas penser au loyer. Ses employeurs, très généreux, lui ont acheté un appartement au lotissement Zineb qu’elle occupe, depuis, en compagnie de sa famille. Quelques semaines après, le couple vivait déjà sous le même toit. Quelques mois plus tard, le mari commence à se plaindre. Souvent en colère, il fait savoir qu’il ne voulait plus vivre avec sa belle-famille dans le même appartement. Depuis, il commence à demander à sa femme de les chasser. Une proposition que la défunte refusait catégoriquement. Et ce fut le début des malentendus et des querelles entre eux au point qu’elle lui a demandé de la répudier. La belle-famille a préféré quitter les lieux pour qu’elle ne soit pas la cause de la discordance. Mais il semble que la relation conjugale est arrivée à un stade sans issue.

En effet, la mère de la défunte téléphonait, durant toutes les deux journées, dimanche et lundi, 30 et 31 octobre, mais sans avoir de réponse. Craignant que sa fille ne soit agressée par son époux, la mère alerte la police. Les éléments de la PJ relevant du district de Hay Hassani se sont dépêchés, mardi 1er novembre, vers midi, sur l’appartement. Et c’était la mauvaise surprise. L’épouse gisait par terre corps sans âme, présentant de graves blessures au niveau de la poitrine et du cou. Le premier suspect, qui est l’époux, est en fuite.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *