Chasse aux trafiquants de drogue à Derb Soltan

Les trafiquants de stupéfiants, qui approvisionnaient depuis belle lurette les dealers et les toxicomanes de Derb Soltan à Casablanca, ont commencé à déménager depuis quelques semaines vers d’autres quartiers casablancais et à utiliser d’autres moyens pour liquider leurs « marchandises». La raison ? Une guerre a été lancée dernièrement par les limiers de la police judiciaire de Mers Sultan-El Fida contre ces trafiquants de drogue qui ont transformé la région, durant des années, en un point noir où se vendent haschich, comprimés psychotropes, cocaïne, ecstasy, kif et le maâjoune.
Exemple de coup de filet : mercredi dernier, dans l’après-midi, un trafiquant notoire de haschich qui était en possession de plus de quatre kilos et demi de cette drogue. Ce trafiquant, qui est resté dans l’ombre, depuis le début de son parcours dans le monde du haschich, a été dénoncé par les dealers de la région arrêtés à plusieurs reprises. Les limiers ne l’ont pas interpellé dans son domicile situé au quartier Grigouane, à Mers Sultan-El Fida où il a passé son enfance, sa jeunesse et où il habitait jusqu’à ce que quand l’étau s’est resserré autour des trafiquants de drogue. Il a été mis hors d’état de nuire au quartier Al Qods, à Aïn Chok (Casablanca) où il s’est installé depuis quelques semaines pour fuir la police. Pas de chance : il a été repéré et surveillé par les éléments de la brigade anti-drogue de la PJ de Mers Sultan-El Fida.
Un autre trafiquant de drogue connu aux quartiers de Derb Al Kabir, Derb Al Fokara, Zankat Al Kahira, est tombé dans les filets de la brigade anti-drogue de Derb Soltan. Lui aussi avait quitté depuis des mois son domicile pour s’installer dans une rue donnant sur le boulevard 11 Janvier, à Casablanca-Anfa. Ce trafiquant, qui était en possession d’une petite quantité de hachisch, a été arrêté au moment où il approvisionnait un client. Selon des sources judicaires, ce trafiquant de drogue a été mis hors d’état de nuire alors qu’il était à bord de sa voiture.
Pour prendre leurs précautions, les trafiquants de drogue se déplacent à bord de leurs voitures et n’indiquent le lieu de rencontre à leurs clients qu’en dernière minute.
Quelle que soit leur méthode, les limiers de Mers Sultan-El Fida ne les épargnent pas. Ils ont arrêté, durant le mois de novembre dernier, plus d’une centaine de trafiquants de drogue impliqués dans 114 affaires et ont saisi près d’un kilo de haschich, une vingtaine de comprimés psychotropes et 16 kilos du «maâjoun». Concernant la cocaïne et les comprimés d’ecstasy, le district de Mers Sultan-El Fida a réalisé, en octobre, une opération qui a abouti à l’arrestation de seize mis en cause et à la saisie de six capsules de cocaïne et plus d’une soixantaine de comprimés d’ecstasy. Et la chasse continue contre les trafiquants de drogue.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *