Condamné à deux ans de prison pour une affaire de kidnapping et viol

Condamné à deux ans de prison pour une affaire de kidnapping et viol

Nous sommes à Casablanca. Comme à l’accoutumée, la salle d’audience à la chambre criminelle près la Cour d’appel était, ce jour du mois de février, archicomble. À la barre, se tenaient Ahmed et ses deux amis, Rachid et Nouredine. Ahmed jouissait d’une bonne réputation dans son quartier. C’est pourquoi les habitants du quartier n’ont pas cru leurs oreilles quand ils ont appris son implication dans une affaire de mœurs. D’abord, tout le monde était au courant des sentiments qu’il avait depuis belle lurette pour sa femme. Celle-ci l’aimait également. La preuve ? Elle n’a pas déposé de plainte contre lui pour adultère. Au contraire, elle le soutenait depuis l’éclatement de l’affaire. Depuis son arrestation, elle n’a jamais cessé de lui rendre visite en prison et de lui ramener un panier plein de petits mets et de fruits. «J’ai appelé ma femme au téléphone pour lui annoncer que j’allais rentrer tard à la maison sans lui donner plus d’explications», a-t-il répondu à la Cour quand elle l’a martelé de questions. Après cinq mois de mariage, il a décidé de passer des bons moments avec son ami, Nouredine. C’était un samedi. Il était chez lui dès 13h. Puisqu’il quitte son travail vers midi. Et il y est resté jusqu’à 18 h. Il ne travaille pas le samedi après-midi. En fait, au départ, il n’avait rien décidé. Mais, c’était son ami, Nouredine, qui lui a téléphoné et lui a demandé de le rejoindre chez lui pour passer quelques moments comme auparavant. Ahmed a mis sa veste et ses chaussures et il est parti sans rien dire à sa femme qui souhaitait qu’il reste tout le temps à ses côtés. Mais, elle ne pouvait pas l’empêcher d’aller voir son ami. Quand il est rentré chez son ami, Nouredine, il a remarqué une table bien garnie: des boissons alcoolisées, des amuse-gueules, du fromage… C’était la fête. Certes, Ahmed n’avait pas l’intention de boire. Une heure plus tard, il s’est senti très faible devant les verres de vin rouge que Nouredine ingurgitait. Et il a commencé à picoler. Par la suite, Rachid les a rejoints en compagnie d’ une jeune fille. Rachid, l’ami de Nouredine, semblait être sous l’effet de comprimés psychotropes. Celui-ci qui a remarqué que la jeune fille pleurait a supplié Rachid de la laisser partir. Mais en vain. Il lui a affirmé qu’elle était sa copine. Au contraire, elle lui a expliqué qu’il l’avait obligée, sous la menace d’un couteau , de l’accompagner. Qui a raison? Qui a tort ? Lui ou elle ?
«Ils ont abusé de moi tous les trois, M. le président», a affirmé la jeune victime quand elle a été sollicitée de présenter son témoignage. Ahmed et Nouredine se disculpaient. Seul Rachid a avoué son crime. Mais la jeune fille n’a blanchi personne. «Ils m’ont gardée chez eux jusqu’à 7h du matin», a-t-elle confirmé. « Ils m’ont torturée tous les trois», a-t-elle précisé devant les yeux d’Ahmed qui a clamé haut et fort son innocence. Seulement, la Cour ne l’a pas cru et l’a condamné à deux ans de prison ferme. Quant à son ami Nouredine, il a écopé de quatre ans de prison ferme. Tandis que Rachid, il a été condamné à huit ans de réclusion criminelle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *