Condamné puis gracié, un ex-flic commet un double crime

Une odeur nauséabonde se dégageait de l’appartement de Lahbib. E, situé à Hay Zaïtoune à Meknès. L’absence sans donner signe de vie depuis plus de trois jours et la voiture qui ne s’est pas déplacée du coin du quartier où elle a été garée ont mis la puce à l’oreille d’un voisin de Lahbib pour qu’il avise son beau-frère. Tous les deux ont alerté la police de la ville qui n’a pas tardé à se dépêcher sur les lieux. En entrant dans l’appartement, les limiers font une découverte macabre : Les corps de Lahbib et de Leïla, âgés respectivement de soixante-quinze et trente-deux ans, ligotés et atrocement poignardés, étaient dans un état de décomposition avancée. L’expression «Al Fassik», en langue arabe, c’est-à-dire «Le débauché», était inscrite sur le mur de la chambre à coucher. Qui les a tués cruellement et sauvagement ? Pourquoi ? Et pourquoi l’auteur (ou les auteurs) de ce double crime a inscrit sur le mur cette expression «Le débauché» ? Est-il (ou sont-ils) un élément de la Salafiya Jihadia ? Ou s’agissait-il uniquement d’un moyen pour détourner l’enquête policière ?
En fait, les échantillons de tout ce qui peut être prélevé dans l’appartement ont été étudiés par les éléments de la police scientifique et technique. Le résultat de l’analyse de l’ADN a permis aux enquêteurs d’identifier l’auteur de crime. Il s’agit d’un ex-flic, nommé Lhou, âgé de cinquante-sept ans. Ce dernier, qui était policier à Safi, a liquidé son chef, un commissaire de police. Un acte criminel qui lui a coûté une peine de trente ans de réclusion criminelle. Au moment où il purgeait cette peine d’emprisonnement, il a tué un gardien de prison de Safi. En conséquence, il a été condamné à la perpétuité. Seulement, il a été gracié, en 2005, après avoir passé 32 ans derrière les murs de la prison. Et il a passé à son troisième crime de sa vie en tuant Lahbib et son amante. Pourquoi ? Arrêté à Meknès, Lhou a avoué avoir été engagé par son ami, Mustapha, un jeune de vingt-cinq ans, pour liquider Lahbib et ce, pour mettre la main sur 1.400.000 dirhams qu’il avait empochés après avoir vendu un appartement. Selon les aveux du mis en cause, Mustapha était chez un agent immobilier de la place quand il a entendu la victime en train de négocier la vente de son appartement. Attiré par le prix de vente, il a rapidement avisé son ami, l’ex-flic. En panne d’argent, ce dernier a monté un plan pour liquider Lahbib, subtiliser la somme d’argent et la partager avec Mustapha.
Dimanche 21 octobre dernier, vers minuit. Lhou et Mustapha, qui croyaient que Lahbib garde encore la somme d’argent chez lui ont pénétré dans l’appartement après avoir forcé sa porte, et découvert le couple qui plongeait dans un sommeil profond. Ils les ont réveillés, leur ont ligoté les mains et les pieds, leur ont obturé la bouche avec du ruban adhésif avant de les maltraiter. Le duo a maltraité sauvagement le couple avant de les tuer, laissant derrière l’expression «Fassik» sur le mur pour détourner l’enquête et disparaître avec uniquement en poche une somme de 8000 dirhams et une chaînette en or.
Arrêté à Tinghir, Mustapha a été conduit, lundi 17 décembre, en compagnie de Lhou, à l’appartement de la victime pour la reconstitution du crime et ils ont été traduits le lendemain, mardi, devant la Cour d’appel de la même ville.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *