Crime odieux pour une simple dispute

Crime odieux pour  une simple dispute

Nous sommes dans la région de Berrechid. Ce jeune homme prend, ce dimanche 20 janvier, vers 10h du matin, son vélomoteur et emprunte le chemin allant d’Ouled Abbou à Boulaouane. Une dizaine de minutes plus tard, il remarque de loin un corps humain étalé sur la route. Est-ce une victime d’un chauffard sans pitié ? Pour s’en assurer il arrête son vélomoteur juste à côté du corps et descend. Mais en regardant le corps, il est horrifié. Il y avait de quoi : il avait devant lui le cadavre d’un jeune homme mains et jambes découpées et de surcroît calciné. Devant ce triste spectacle, il commence à crier et à appeler comme un hystérique les automobilistes qui passent. Quelques-uns s’arrêtent et le rejoignent. L’un d’eux alerte les gendarmes qui se dépêchent sur les lieux. Ils entament aussitôt l’enquête par le ratissage des lieux pour trouver un indice leur permettant d’arriver à résoudre ce crime. Entre-temps, la victime a été identifiée. Il s’agit d’un jeune père de famille.
Six jours plus tard, deux éléments de la brigade des éperviers arrêtent deux jeunes hommes avec un vélomoteur sans papiers. Les deux personnes ont été conduites au commissariat de police. Après vérification de leur identité, ils ont été relâchées tout en gardant le vélomoteur en attendant qu’ils apportent les papiers. Trois jours passent sans qu’ils donnent signe de vie. Par un pur hasard, l’un des enquêteurs remarque à la fourrière que ce vélomoteur porte les mêmes signalements donnés par l’épouse du défunt. Les investigations ciblent cette fois les deux jeunes hommes. L’un d’eux a été arrêté. Il est bel et bien l’auteur du crime de meurtre doublé de découpage de corps et de calcination. Le mis en cause affirme aux enquêteurs qu’il était le bras droit de la victime qui était un trafiquant de kif dans la région de Berrechid. Ils s’enivraient quand la victime a commencé à le traiter de minable, voleur et tricheur avant de le violenter.
Depuis, le mis en cause a décidé de se venger. Et la nuit du dimanche, il est passé à l’acte lors d’une beuverie. Il lui a asséné deux coups de bâton. Quand la victime a rendu l’âme, il lui a découpé les membres inférieurs et supérieurs et il a mis le brûlé le cadavre.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *