Crime passionnel à Safi

Crime passionnel à Safi

La petite ville de Safi a été secouée la semaine dernière par un crime de haine motivé par l’amour. Hicham.K, un jeune lycéen à Ibn Khaldoun, a tué à coups de couteau sa copine, une étudiante au lycée Al Khawarizmi.
Les deux jeunes adolescents, nés respectivement en 1986 et 1987 au douar D’chirate, commune rurale Moule Al Bergui,  province de Safi, entretenaient une relation amoureuse secrète.
Au douar, ni les habitants ni leurs familles n’ont pensé qu’un jour le jeune homme pourrait s’intéressait à la jeune fille. La raison? L’écart d’âge n’est pas assez grand. Dans le milieu rural, l’homme s’intéresse le plus souvent à une femme plus jeune que lui de plusieurs années.
Les deux jeunes ont fréquenté les mêmes bancs de l’école primaire, puis du collège. A cette époque, aucune relation ne les réunissait.
Rarement sont les fois où ils ont engagé une conversation. Pour leurs études secondaires, Hicham s’est inscrit au lycée Ibn Khaldoun, alors qu’Amal au lycée Al Khawarizmi. Les deux lycées disposent d’internat. Amal a séjourné à l’internat de son lycée. Cependant, Hicham passait ses nuits à l’internat du lycée Al Khawarizmi où séjourne Amal. Sans aucun doute, parce qu’il n’y avait plus de place à l’internat du lycée Ibn Khaldoun lorsqu’il est venu y s’inscrire.
Ainsi, c’est à l’internat du lycée Al Khawarizmi qu’une relation amicale est née entre Hicham et Amal. Au fil des rencontres, leur relation s’est développée et consolidée. Bref, ils sont devenus des amoureux inséparables. Ils sont devenus attachés l’un à l’autre. Ils avaient des projets en commun: réussir leurs études et fonder une famille plus tard. Seulement, les choses ont connu une nouvelle tournure.
Amal a commencé, dernièrement, à s’éloigner de son amant. Il semble qu’elle ne veut plus de lui. Pour quelles raisons ? Hicham l’ignore. Il a remarqué qu’elle invente des prétextes pour ne pas le rencontrer. Elle tente par tous les moyens pour l’éviter. Hicham lui a demandé des explications. Elle est restée muette. Plusieurs interrogations lui ont hanté l’esprit. Jeudi 18 mai, vers l’après-midi, elle lui a annoncé la mauvaise nouvelle. Elle lui a fait savoir qu’elle se fiancera avec un autre jeune homme. Sous le choc, Hicham a gardé le silence.
Il s’est contenté de la regarder sans dire un mot. Amal a rebroussé chemin. Elle a pris la décision définitive de rompre sa relation avec lui. Le lendemain, vendredi, il lui a téléphoné : «Je t’attends, j’ai quelque chose à te dire». Mais, elle l’a laissé attendre. Hors de lui, il s’est rendu au souk Âzib Dariî pour acheter un couteau.
Après le dîner, il s’est faufilé vers les toilettes pour se cacher. S’assurant que tout le monde s’est endormi, il a escaladé un mur pour se retrouver dans les dortoirs des lycéennes. Armé du couteau, Hicham a frappé à la porte de la chambre où se trouve Amal et trois autres lycéennes.
L’une d’elles a ouvert la porte. Menaçant les trois lycéennes, il a avancé directement vers Amal. Sans lui demander des explications, il a lardé son corps de 18 coups de couteau avant de sortir. Calmement, il s’est assis sur un banc du jardin jouxtant le lycée. Quand la police l’a arrêté, il n’a pas manifesté le moindre regret.
Lundi 22 mai, il a été traduit devant la Cour d’appel de Safi pour homicide volontaire avec préméditation et guet-apens.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *