Croyant qu’il a tué sa bien-aimée, il se donne la mort

Croyant qu’il a tué sa bien-aimée, il se donne la mort

C’est à proximité de la montagne d’Amargou, entre les oueds Ouargha et Sebou, dans la tribu de Fechtala, relevant du cercle de Karia Ba Mohamed, à quatre-vingt kilomètres du centre de Taounate et à soixante-quinze kilomètres de la ville de Fès, que se situe le sanctuaire de Moulay Bouchta Al-Khammar.

Tous les habitants de la région attendent, impatiemment, chaque année, la célébration du Moussem de ce grand savant du 16ème siècle, descendant des chorfas Idrissides. Une jeune fille de vingt-quatre ans attendait également l’occasion pour s’y rendre puisque ce Moussem a déjà commencé, soit le lundi 8 août. C’est l’une des rares occasions qui lui permettaient de se défouler, plus ou moins, avec les membres de la famille, hors de chez elle. Mais, cette fois-ci, l’homme qui l’aime lui a interdit de s’y rendre même en compagnie de ses cousines. Car, il ne comptait pas s’y rendre.

Âgé d’une trentaine d’années, ce jeune homme l’aimait follement. A son tour, elle l’aimait bien. D’abord, leur relation amoureuse remonte à plusieurs années. Il a même décidé de l’épouser. Malheureusement, quand il a sollicité sa mère d’aller rendre visite à la famille de sa bien-aimée pour la demander en mariage, elle s’est abstenue arguant qu’il ne s’agit pas de la fille qui lui convient. Et pourtant, il avait toujours le rêve d’être avec elle, un de ces jours, sous le même toit. Partageant avec lui le même rêve, elle s’est plongée dans une marée de patience en attendant que sa future belle-mère l’accepte comme belle-fille.

Nous sommes le jeudi 11 août. Les cousines de la jeune fille ont décidé d’aller au Moussem Moulay Bouchta Al-Khammar. Et pour ne pas mettre son bien-aimé en colère, elle a décidé de ne pas les accompagner. Mais, au contraire, sa mère et ses cousines l’ont incitée à y aller arguant que son bien-aimé n’a aucun droit de l’interdire puisqu’il cède encore aux ordres de sa mère. La jeune fille a cru en leurs paroles et les a accompagnés au Moussem. Les mauvaises langues l’ont confié au jeune homme qui s’est armé d’un couteau et a rejoint sa bien-aimée. Par une pure ruse, il est arrivé à la conduire non loin d’oued Ouargha.

Là, il lui a asséné plusieurs coups de couteau, au niveau du cou, des mains, des bras et des genoux. La jeune fille a perdu connaissance. Son adulateur, qui a cru qu’elle est morte, a accroché une corde en plastique à la branche d’un arbre pour se donner la mort tout près de sa bien-aimée. Cette dernière a été évacuée vers le service des urgences de l’hôpital provincial Al-Ghassani, à Fès et a été sauvée.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *