De deux à cinq ans pour le meurtre d’un clochard

De deux à cinq ans pour le meurtre d’un clochard

Ils se disculpent à tour de rôle.  Chacun d’eux rejette catégoriquement l’accusation du meurtre de Saïd. Qui l’a donc tué si ce ne sont pas eux ? Et pour quel mobile ?

Nous sommes à Berrechid. Saïd, vingt-six ans, était un clochard qui passait son temps à s’enivrer et à consommer de la drogue. Il agressait aussi les gens pour avoir de quoi se payer sa dose quotidienne. Il a purgé quelques peines d’emprisonnement. Mais, il reprenait son activité criminelle chaque fois qu’il était libéré.

Seulement, il était loin ce jour-là d’imaginer sa fin, surtout qu’il venait  de mettre la main sur un téléphone portable, un lecteur MP4 et une somme d’argent assez coquette. Menaçant sa victime avec un couteau, celle-ci avait pris la fuite. Fier de son forfait, Saïd est retourné à son coin habituel, souvent, pas loin des rails du train, pour s’enivrer et fumer son joint. Une heure plus tard, il a remarqué quatre jeunes hommes qui venaient vers lui. Certes, il les connaissait tous, M.Z, A.T, H.H et S.A, puisqu’ils fréquentaient eux aussi les mêmes lieux.

En fait, ils sont membres d’une bande de malfaiteurs. Ils sont tous des repris de justice. Armés de couteaux, ils l’ont encerclé. Que voulaient-ils de lui ? Saïd s’est tenu debout pour se défendre. Mais, ils sont arrivés à l’immobiliser pour lui subtiliser le téléphone portable, le MP4 et la somme d’argent avant de lui donner un coup de poing et de prendre la fuite. Mais Saïd ne se laisse pas faire.  Il a suivi leurs pas.

Pour se débarrasser de lui, le quatuor a commencé à lui jeter des pierres. Said esquivait les jets de pierres comme il pouvait en reculant sans faire attention. Dans la panique, il recule et chute d’un pont. Évacué à l’hôpital, il est mort des suites de ses blessures.

Les quatre malfaiteurs ont ensuite avoué  devant la Cour avoir subtilisé le butin de Saïd, mais qu’ils ne l’ont pas tué et qu’ils n’en avaient pas l’attention. Pour cette raison, la Cour leur a accordé les circonstances atténuantes et a condamné trois parmi eux à cinq ans de réclusion criminelle et le quatrième à deux ans de prison ferme.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *