De l’amour à la mort

«Allô, la police te cherche au douar…». En écoutant ces mots prononcés à l’autre bout du fil par une proche, L’husseïne a décidé de se livrer aux gendarmes qui veillent sur la sûreté d’une région située près de la ville d’Agadir. En fait, il y est arrivé, la veille de ce jour du septembre, après avoir quitté El Youssoufia. Pourquoi était-il recherché par la police ?
«J’ai tué ma cousine à El Youssoufia», a balbutié L’husseïne devant le chef de la brigade qui ne croyait pas encore ses oreilles. Rapidement, le chef de la brigade des gendarmes a donné ses  instructions pour que L’husseïne soit transféré à El Youssoufia pour y être interrogé sur le crime qu’il avait commis. Le même jour, L’husseïne a été conduit vers la police judiciaire de cette localité de la région des Doukkala-Abda pour être soumis aux interrogatoires minutieux. Pourquoi a-t-il tué sa cousine, Halima ?
L’husseïne, âgé de quarante-deux ans, célibataire, ne pensait jamais se marier. Pourquoi? Personne n’avait de réponse. Mais, tout le monde était au courant qu’il avait entretenu une relation amoureuse avec sa cousine, Halima, âgée de cinquante ans. Après la mort de son mari, cette mère de deux enfants, âgés respectivement de vingt et seize ans, s’est jetée dans les bras de L’husseïne. Ses deux enfants ne sont jamais intervenus pour mettre fin à cette relation amoureuse. Ils se sont habitués à les voir ensemble, même dans une même chambre. En fait, L’husseïne passait la majorité de son temps chez elle puisqu’il était chômeur. C’est elle qui lui donnait de l’argent pour acheter tout ce dont il avait besoin. Elle était toujours généreuse avec lui et n’osait jamais lui refuser quoi que ce soit. «Je vais partir à Casablanca », lui a-t-il dit.
Pourquoi faire ? C’est la question qu’elle lui a posée sur un ton nerveux. «Chercher du travail», lui a-t-il répondu calmement. Il lui a expliqué qu’il ne veut plus vivre de cette manière et qu’il rêve de gagner de l’argent de la sueur de son front. Tous les deux étaient seuls à la maison située au quartier Takaddoum, Halima s’est énervée et lui a exprimé son amour. «Je n’imagine jamais que tu sois loin de moi», lui a-t-elle chuchoté. Il lui a répondu qu’il avait déjà pris sa décision et qu’il partirait le lendemain matin. Hors d’elle, elle l’a giflé tout en l’insultant. Un comportement qui l’a mis en colère. Et L’husseïne est rentré à la cuisine. Il a saisi un petit couteau et il lui a asséné deux coups au niveau de la poitrine avant de s’enfuir. Ce sont ses deux enfants qui l’ont retrouvée corps sans âme quand ils sont rentrés chez eux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *