Démantèlement d’une bande d’agresseurs

Démantèlement d’une bande d’agresseurs

Nabil était très heureux ce jour de week-end du mois de novembre. Il avait rendez-vous avec sa bien aimée. Elle partageait les mêmes sentiments que lui. Tous leurs amis et proches étaient au courant de leur histoire d’amour. Ils s’aimaient à la folie. Et ils ne se rencontraient que les week-ends. Nous sommes à Sidi Bouknadel, une petite ville située à environ quinze kilomètres au nord de Rabat. Nabil est sorti de chez lui et il est monté dans sa voiture. En écoutant une chanson d’Oum Kalthoum, il conduisait avec l’intention d’arriver avant l’heure de son rendez-vous avec sa bien aimée. Il ne devait pas la laisser attendre. Ils sont arrivés, tous les deux, en même temps. Elle est montée dans la voiture et Nabil a démarré sans lui permettre de choisir la destination. C’est comme s’il avait déjà un programme en tête. Effectivement, il ne s’est arrêté qu’une fois arrivé devant le café qu’ils fréquentaient souvent. Ils se sont attablés l’un à côté de l’autre et conversaient sans se rendre compte du temps qui passait en un clin d’œil. Tout d’un coup, Nabil a sollicité sa bien aimée d’aller faire un tour à côté de la plage.
De coutume, ils s’y rendaient à chaque fois qu’ils se rencontraient. Ils profitaient du moment, comme la plupart des couples, loin des regards des curieux. Une fois Nabil arrivé à la magnifique plage de cette petite ville, il a garé sa voiture dans un coin, un peu plus loin des autres automobilistes. Sans descendre de la voiture, ils partageaient leurs rêves. Tout d’un coup, après le coucher du soleil, ils se sont retrouvés au septième ciel. Ils étaient plongés dans un profond moment d’amour. Un moment de tendresse et de plaisir qui va céder la place au cauchemar. Comment ?
Nabil et sa bien aimée s’embrassaient quand quatre jeunes hommes cagoulés et armés de couteaux se sont pointés devant la voiture. L’un d’eux a ouvert la portière de la voiture tout en menaçant Nabil. Celui-ci les suppliait de ne pas les toucher – en leur remettant l’argent et son téléphone portable. Le quatuor lui a ordonné de descendre de la voiture et de laisser la jeune fille. Quoi ? Impossible! L’un des assaillants lui a mis un couteau au niveau de ses côtes et l’a menacé de le tuer. Puis, il lui a donné plusieurs coups de poing et de pieds avant de le délester de tout ce qu’il portait sur lui. Et enfin, les quatre malfrats sont montés dans la voiture et l’ont conduite, avec la jeune fille à bord vers un  coin sur la plage, près du lotissement Saïd Hajji, route de Kénitra. Pourquoi faire ? Trois membres du quatuor sont descendus de la voiture pour laisser le quatrième en compagnie de la jeune fille.
Il l’a obligée de lui céder. Sinon, il la tuerait. Elle était obligée de lui obéir. Sans pitié, il l’a violée. Et ce fut le tour des trois autres jeunes hommes. Et après lui avoir délesté l’argent, le téléphone portable et les bijoux qu’elle portait sur elle, ils l’ont abandonnée à bord de la voiture et ont pris la fuite. Ce n’est que deux heures plus tard que la police est arrivée à la retrouver alors qu’elle était dans un état lamentable. C’est Nabil qui les a alertés. Aussitôt, les investigations policières ont été lancées à la recherche des assaillants.
Lundi 16 novembre, les enquêteurs ont mis la main sur trois malfrats de la bande. Il s’agit de Driss, Mustapha et Abdeslam, âgés respectivement de 31, 30 et 28 ans. Ils ont avoué leurs méfaits. Ils ont reconnu, par ailleurs, qu’ils n’étaient pas à leur première opération. Ils avaient déjà perpétré plus d’une vingtaine d’agressions, de vols, de kidnappings et de viols sous la menace d’armes blanches.
Le mercredi 18 novembre, les trois mis en cause ont été traduits devant la justice. Alors que le quatrième malfrat est activement recherché pour être mis hors d’état de nuire.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *