Démantèlement d’une bande de cambrioleurs

Nous sommes à Casablanca. Le matin du lundi 23 mars, le gérant d’un publiphone situé au quartier Jamila IV, arrondissement de Sbata, préfecture de Ben Msick-Sidi Othmane, a été ébahi quand il s’est apprêté à ouvrir le local. Pourquoi ? Il s’est rendu compte que la porte a été défoncée, que des téléphones portables et des cartes de recharge exposés pour la vente et une somme d’argent ont été subtilisés. Il a alerté le propriétaire du publiphone, avec lequel il s’est adressé au siège de la sûreté de Ben Msick-Sidi Othmane. Des éléments de la PJ se sont dépêchés sur les lieux pour effectuer les premiers éléments du constat d’usage. Ils ont noté plusieurs informations avant d’entamer leurs investigations. Parmi elles, les numéros de séries des cartes de recharge qui ont été subtilisées. Les investigations ont révélé qu’une seule carte de recharge avait été utilisée. Par qui ? Pour en savoir plus, les enquêteurs ont recouru à l’opérateur de télécommunications qui avait produit cette carte de recharge. Ils avaient l’intention de déterminer les appels téléphoniques qu’il avait reçus. Un stratagème qui leur a permis d’identifier ses interlocuteurs. Et le résultat était positif : la carte de recharge a été utilisée par Anas. Ce jeune de dix-huit ans a été arrêté chez lui au quartier Kariat Al Jamâa à Casablanca. «C’est moi qui ai commis ce cambriolage», a-t-il avoué sans hésitation.
L’a-t-il commis seul ou avec des complices ? Anas, qui n’est pas un repris de justice, a affirmé aux enquêteurs qu’il avait agi seul, sans complice. Et le butin ? Il a reconnu avoir gardé une partie chez un certain Yassine. Pas loin de chez Anas, les enquêteurs ont arrêté Yassine, âgé de vingt-trois ans, célibataire et sans profession. Est-il uniquement un receleur comme son ami, Anas avait révélé aux enquêteurs ? «Non, j’ai participé à trois cambriolages», a-t-il révélé. Lesquels ? Le premier cambriolage auquel Yassine a participé a ciblé une pharmacie située au quartier Jamila IV. Avec une barre en fer, ils ont tous les deux défoncé sa porte et ont mis la main sur quelques médicaments et une somme de 12.000 DH. Le deuxième a concerné un cybercafé situé au boulevard Makdad Lahrizi où ils ont dérobé deux ordinateurs. Leur troisième cible était également une pharmacie. Yassine a révélé les identités de quatorze autres complices et receleurs. Les enquêteurs ont arrêté sept parmi eux, alors que les autres sont toujours en fuite. Anas, Yassine et leurs sept complices ont été traduits, mardi dernier, devant la Cour d’appel de Casablanca.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *