Des soupçons meurtriers

Mustapha n’a jamais pensé avoir un fils qui ressemble à son frère. Pour lui, un enfant ne doit avoir que les traits de son propre géniteur. À chaque fois qu’il remarquait, à son douar de Tlate Sidi Bougadra, province de Safi, un enfant qui ressemble à un membre de sa famille et non pas à ses propres parents, il doutait des comportements de sa mère. Étrange idée qui va le jeter dans le gouffre de la suspicion, puis en prison.
Né en 1968 dans une famille indigente, Mustapha n’est pas allé au-delà du primaire pour embrasser un métier dans l’agriculture. En travaillant à la journée, il gagnait sa vie et participait, à l’instar de ses trois frères, aux dépenses du foyer paternel. Seulement, cet emploi saisonnier et pénible l’a encouragé à aller chercher ailleurs. Sa prochaine destination était Khmiss Zmamra. Pas plus de quelques jours au chômage, il est arrivé à se faire recruter dans un four traditionnel. Il y passait les jours et les nuits. Une véritable épreuve. Il décide de retourner chez lui. Malheureusement, il est devenu indésirable au douar. Pourquoi ?
Pour avoir de l’argent, et surtout pour acheter sa dose quotidienne de haschich, il s’est mis au vol. Les habitants du douar, s’abstenant de le dénoncer aux gendarmes, se contentaient de lui régler son compte avant que sa mère n’intervienne pour les supplier de le relâcher. Enfin, ses frères l’ont obligé à quitter le douar. Il finit pas débarquer à Casablanca où il passe quelques mois à travailler dans les chantiers de construction avant de regagner Agadir, puis Marrakech et retourner une fois encore à Casablanca. Trois années plus tard, il ne supporte plus la vie de célibataire. Il a décidé de se marier. Qui sera l’élue ? Il ne le savait pas, surtout qu’il n’entretenait aucune relation amoureuse avec une fille. La solution était d’aller rejoindre sa mère au douar pour lui chercher sa future épouse. A la traditionnelle. Sa mère lui a proposé sa cousine, Halima. Un choix accepté par Mustapha qui a convolé en justes noces quelques semaines plus tard. Il semble qu’il était pressé d’être sous le même toit en compagnie de son épouse. Mustapha a décidé de ne jamais s’éloigner de son domicile. Il a commencé à travailler dans les champs et les fermes. Et parfois, il regagnait Khemis Zmamra ou Safi pour travailler dans les chantiers de construction, mais sans y passer la nuit. La première année de son mariage voit l’arrivée d’un garçon qui est venu égayer son foyer. Mustapha était plein de joie. Malheureusement, ni le mariage ni son premier enfant ne l’ont encouragé à abandonner le hachich. Au contraire, il est devenu plus dépendant. Au fil des mois, son deuxième enfant est venu au monde. Il ressemblait à son oncle paternel. Une ressemblance qui a mis la puce à l’oreille de Mustapha. Et s’il ressemblait à sa mère, sa sœur ou sa tante ? Mustapha ne s’est jamais posé la question. Une seule question le taraudait : pourquoi son deuxième enfant ressemblait-il à son frère. La réponse était claire pour lui : sa femme l’aurait trompé avec son frère.
Une réponse infondée qui a hanté son esprit durant des mois. Il a tenté de la chasser de sa tête. En vain. Sa femme lui a assuré ne l’avoir jamais trompé et n’y pensera jamais. Mais, les doutes continuaient à le travailler au point qu’il a décidé d’y mettre fin. De la manière la plus radicale. Halima venait de mettre au monde un troisième enfant. Mustapha était sous l’effet de la drogue quand il est entré dans la chambre à coucher. Ses deux enfants étaient plongés dans un profond sommeil. Alors que sa femme l’attendait à côté de leur nouveau-né. Sans se changer, Mustapha, qui dissimulait un couteau, a surpris Halima par cinq coups mortels. Ses deux enfants se sont réveillés et ont vu leur mère gisant dans une mare de sang.
Arrêté, Mustapha n’a pas regretté son crime, car, selon lui, il était certain que sa femme l’avait trompé avec son frère. Un acte qui lui a coûté 20 ans de réclusion criminelle. Trois enfants sont devenus, de ce fait, doublement orphelins.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *