Deux clochards et une prostituée

Deux clochards et une prostituée

Abdellah et Jamal, qui habitent à Tiflet, se connaissent depuis leur enfance. Âgé de vingt-sept ans, le premier est l’aîné du second de trois ans. Et si ce dernier a tourné le dos à l’école dès le primaire, le premier l’a quittée à la septième année d’enseignement fondamentale. Ayant du mal à trouver un emploi, ils ont basculé, tous les deux, dans la délinquance. Abdellah  ne tardera pas à aller en prison où il a purgé une peine d’emprisonnement de trois mois pour vol simple. Depuis, il n’a jamais été interpellé par la police de la région, ni avoir fait l’objet du moindre soupçon. Mais son ami Jamal, lui, savait que son acolyte s’adonnait de temps en temps à des petits larcins qu’ils ont menés ensemble. Sinon, ils auraient  des difficultés à avoir de l’argent y compris pour acheter les cigarettes, le haschich et l’eau-de-vie (Mahia) et passer quelques bons moments avec les filles de petite vertu.
« Nous devons nous rencontrer ce soir », a proposé Abdellah à Jamal au début de l’après-midi de ce jour de décembre de l’année dernière.
Abdellah disposait d’une importante somme d’argent. D’où l’a-t-il obtenue ? Est-ce encore le produit d’un vol ? Certainement. Mais il n’a  rien dit à son ami, Jamal, qui ne l’a pas vu depuis deux jours. Il s’est contenté à l’inviter pour boire quelques verres de l’eau-de-vie.
« Il vaut mieux qu’on se rencontre près de l’école Halima Saâdia », a précisé Abdellah qui semblait avoir l’intention de passer une soirée exclusive en compagnie de son compagnon. Ce qui lui importait c’est de se soûler en tête-à-tête jusqu’au petit matin en écoutant la musique “Chaâbi. D’habitude, ils  picolent en pleine rue, devant les passants qui ont commencé à ne plus s’intéresser à eux. Ils font presque partie du paysage.
Vers 17 h, Jamal était déjà en train d’attendre Abdellah, au quartier «La Résistance», près de l’école précitée. Ce n’est qu’une demi-heure plus tard que ce dernier se manifeste de l’autre côté du trottoir avec un sachet en plastique noir à la main. Jamal croyait qu’il viendra seul. Mais non, il est en bonne compagnie. Une jeune fille mal fagotée marche nonchalamment à ses côtés. Qui est-t-elle ? Jamal la voit pour la première fois, il ne l’a jamais croisée auparavant.
Après les salamalecs, Abdellah et sa compagne s’assoient  sur deux grosses pierres. Ouvrant son sachet d’un geste lent, Abdellah en sort une bouteille de l’eau-de-vie, l’ouvre et  commence à boire avant de servir les deux autres. Les verres se suivent… Les heures passent et les têtes tournent. La nuit est tombée. La rue est  presque déserte.
Les deux amis et la jeune fille continuent à s’enivrer en bavardant et en racontant des blagues grivoises. Tout à coup, Abdellah, très ivre, quitte sa place en titubant non sans avoir entraîné avec lui sa copine qui a failli tomber. “ Espèce de goujat, tu as failli me blesser“, maugrée-t-elle d’une voix rauque. Sans répondre à sa remarque, il se jette pratiquement sur elle en l’embrassant goulûment avant de la déshabiller pour faire l’amour sous le regard vague de Jamal qui au début semble ne pas s’intéresser à leurs ébats à même le sol. Cette indifférence ne durera pas longtemps.
Comme piqué, il se lève et se dirige vers les deux tourtereaux. Une envie de satisfaire ses  désirs le prend violemment dans les tripes. «C’est mon tour, je veux que tu me la passes», lâche-t-il à son ami. Avant même d’avoir fait un pas de plus, Abdellah, en furie, lui assène un coup de poing violent qui fait tomber son ami devenu soudain adversaire. Après quoi, il le traîne par terre jusqu’à une voiture abandonnée et là, il lui cogne la tête contre un arbre. Il ne lâche sa proie qu’une fois son corps devenu inerte. Comme si de rien n’était, il  conduit sa maîtresse vers la gare routière de la ville. Celle-ci  prend  l’autocar qui fait le parcours Tiflet- Al Hajeb, alors que lui  grimpe dans celui qui part à Berkane. Malgré leur fuite, les deux complices seront arrêtés. Ils comparaîtront devant la Cour d’appel de Rabat.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *