Deux faussaires de billets de 200 DH épinglés

Deux faussaires de billets  de 200 DH épinglés

En compagnie de ses deux enfants, ce MRE résidant en Italie s’est rendu lui et ses enfants, chez un médecin de la région Ouled Âyad, province de Fkih Ben Saleh pour consultation. Le médecin les a tous auscultés puis leur a prescrit des médicaments.

Avant de partir le père a remis au médecin trois billets de deux cents dirhams qu’il a mis dans le tiroir de son bureau. Mais une fois le patient est parti en compagnie de ses deux enfants, le médecin a retiré les trois billets bleus du tiroir pour les palper une autre fois, puis plusieurs et le sentiment que les billets n’étaient pas authentiques augmentait au fur et à mesure.

Pour en avoir le cœur net, le médecin a décidé, le mardi 16 août, de se rendre chez les gendarmes de la région. Remettant les trois billets de deux cents dirhams entre les mains du chef, celui-ci a conclu du premier regard qu’ils sont faux. Le médecin leur a ainsi donné l’adresse du patient qui lui a donné les faux billets. Aussitôt, une enquête a été diligentée et a été soldée par l’arrestation du ressortissant marocain en Italie, un quinquagénaire. Celui-ci a révélé aux enquêteurs qu’il les avait reçus de son beau-frère. Il a précisé qu’il les a empochés suite à une transaction commerciale entre eux.

Les enquêteurs de la gendarmerie royale ont arrêté, ensuite, le beau-frère, quarante-six ans, marié et père de famille. Chez lui, les enquêteurs ont saisi quinze faux billets de deux cents dirhams. Soumis aux interrogatoires, il a expliqué aux limiers de la gendarmerie royale qu’il les a reçus à son tour de chez un homme, père de famille, suite à une transaction commerciale qui a porté sur des produits agricoles.

Les limiers se sont dépêchés sur son domicile, mais il avait déjà pris la poudre d’escampette. Actuellement, il est activement recherché afin d’être mis hors d’état de nuire. Alors que les deux pères de famille arrêtés lors de cette affaire ont été traduits, vendredi 26 août, devant le parquet général près la Cour d’appel de Beni Mellal poursuivis pour complicité à la falsification de billets de banque et leur mise en circulation. Les dix-huit faux billets de deux cents dirhams ont été remis au service de la police technique et scientifique.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *