Deux marocaines se vengent de leur proxénète en Libye

Deux marocaines se vengent de leur proxénète en Libye

Elles vivaient toutes deux en Libye. Mais ce lundi 14 janvier 2013, elles reviennent définitivement à Casablanca, leur ville natale,  sans un sou en poche, alors qu’en principe, elles étaient parties pour gagner plus d’argent. Pourquoi ? Ni leurs familles, ni leurs voisins, ni leurs amies n’ont de réponse à cette question. Elles seules connaissent la vérité :  vendredi 11 janvier 2013, en Libye, elles ont tué une proxénète avant de prendre la fuite vers le Maroc. Neuf mois plus tard, elles sont arrêtées dans la capitale économique.

Une jeune fille qui était en compagnie de la victime et des deux femmes en Libye, a confessé au père de la défunte avoir vu à Casablanca les meurtrières de sa fille. Ce dernier dépose alors une plainte. Les éléments de la 1ère brigade criminelle préfectorale à Casablanca prennent l’affaire en main et entament les investigations nécessaires.

Convoquée, la jeune fille affirme aux policiers que la victime était en fait une proxénète qui ne payait pas les deux prostituées qui travaillaient pour elle. Celles-ci auraient décidé de se venger en la liquidant. Le lundi 14 janvier 2013, le cadavre de la victime a été découvert, chez elle en Libye, et une enquête a été diligentée par la police libyenne, sans résultat. Le cadavre a alors été évacué vers le Maroc pour y être inhumé. Le père de la victime remet aux policiers la déclaration d’enterrement de sa fille, ainsi que les documents consignés par les autorités libyennes confirmant que sa mort résulte d’un meurtre.

Arrêtées suite au témoignage de la jeune fille, les deux meurtrières ont été soumises aux interrogatoires. Rapidement, elles crachent le morceau. Prostituées, elles travaillaient pour le compte de la victime, précisent-elles aux policiers. L’une des deux meurtrières, âgée de 41 ans, explique avoir rencontré la victime chez un charlatan, en Libye, qui devait la faire avorter. Les relations entre les deux femmes se sont ensuite poursuivies et renforcées lorsque la proxénète l’a aidée à accoucher sans avoir recours à l’avortement. Mais, ajoute-t-elle, elle ne sait pas à qui a été donné son enfant. Elle a alors commencé à travailler pour le compte de cette femme, mais sans recevoir de contrepartie. 

Quant à la seconde femme, âgée de 40 ans, celle-ci n’était pas non plus payée par la proxénète en contrepartie des services qu’elle accordait à ses clients. Les deux femmes ont donc décidé de se venger et sont passées à l’acte le vendredi 11 janvier 2013. Ce jour-là, elles sont entrées dans le domicile de la proxénète, l’ont immobilisée et lui ont assené plusieurs  coups de marteau à la tête, avant de prendre la fuite. Destination : Casablanca, où elles ont été arrêtées 9 mois plus tard.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *