Deux Subsahariens tentent d’arnaquer un ingénieur topographe

Peu importe comment cet ingénieur  topographe a fait la connaissance de ce ressortissant nigérien établi au Maroc. Ce qui est important c’est qu’ils sont devenus, en quelques semaines, des amis intimes. C’est du moins ce que croyait cet ingénieur chargé d’un projet touristique à Benslimane. En fait, ils se rencontraient souvent, prenaient leur café ensemble et rigolaient comme si leur connaissance remonte à plusieurs années. En aucun moment, l’ingénieur  topographe n’a imaginé que son «ami» nigérien le préparait pour le déplumer. En fait, le Nigérien avait un ami, un Sierra Léonais. Celui-ci lui a sollicité, il y a quelques semaines, de lui chercher une personne disposant au moins d’une petite fortune, une victime prête à être déplumée, lui prétendre avoir l’intention de fonder une entreprise et lui expliquer qu’il a besoin d’un associé. Le Nigérien n’a pas tardé à lui annoncer la bonne nouvelle : «Je connais un Marocain, un ingénieur  topographe qui dispose d’une petite fortune». Le Sierra Léonais l’a encouragé à mettre son ami, l’ingénieur topographe, dans ses filets. « Ça nous rapportera gros mon ami. Tu dois le convaincre de participer au projet », a dit le Sierra Léonais qui semble être un escroc notoire et qu’il n’était pas dans sa première opération d’escroquerie. Comment le ressortissant nigérien devait-il faire pour convaincre l’ingénieur topographe de mettre sa petite fortune entre les mains de son ami le Sierra Léonais ? «C’est simple. Tu dois lui expliquer qu’un homme d’affaires sénégalais, un ami à toi, dispose d’une grande somme d’argent et préfère l’investir au Maroc», a précisé le Sierra Léonais au Nigérien. Effectivement, le Nigérien a rencontré son ami, le Marocain. Il lui a proposé de participer dans un projet touristique qu’un Sénégalais rêve de réaliser au Maroc. L’ingénieur  topographe n’a manifesté aucun refus. Au contraire, il lui a exprimé son souhait d’être associé dans une entreprise. Le Nigérien lui a donné le numéro de téléphone du Sénégalais. Le Marocain l’a appelé. Ils se sont mis d’accord pour se rencontrer prochainement. Une semaine plus tard, l’ingénieur a reçu un appel. «Salut, ça va… Je suis ton futur associé, l’homme d’affaires sénégalais. Tu te souviens de moi ? Voilà, je suis au Maroc. Je suis arrivé, hier soir, de Dakar», lui a-t-il dit. Un rendez-vous a été fixé pour le lendemain. Dans un café de la ville de Benslimane, l’ingénieur était dans l’attente de son ami, le Nigérien, qui devait être accompagné du Sénégalais. Pas moins de quelques minutes plus tard, les deux Subsahariens sont arrivés. En fait, il n’y avait aucun Sénégalais qui est arrivé du Dakar. C’est le Sierra Léonais qui devait jouer le rôle de l’homme d’affaires sénégalais. Celui-ci a expliqué au Marocain : «Je dispose de cinq millions d’euros. Je les ai reçus comme  dons auprès de l’Union européenne. Malheureusement, les billets d’euros sont maculés d’un produit noir. L’Union européenne recourt à cette méthode pour empêcher ceux qui les subtilisent de les mettre en circulation sur le marché». La somme est cachée aux dos de quelques tableaux mis entre les mains du consulat du Congo démocratique, lui a précisé le Sierra Léonais. «J’ai besoin de 3600 euros pour récupérer les tableaux du consulat», lui a-t-il précisé. Le Sierra Léonais, qui s’est présenté comme un Sénégalais, lui a remis un document attestant qu’il avait donné les tableaux aux responsables du consulat du Congo démocratique. Il lui a expliqué qu’ils ont besoin d’une autre somme d’argent pour acheter un produit chimique permettant de blanchir les billets d’euros maculés d’un produit noir. Le Marocain leur a demandé de lui accorder une journée pour penser à la proposition. Mais, il est allé au commissariat pour alerter la police. Une souricière a été tendue aux deux Subsahariens et ils ont été mis hors d’état de nuire.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *