Deux trafiquants d’héroïne sous les verrous

Mardi 15 janvier à Casablanca. les éléments de la police judiciaire de Hay Hassani-Aïn Chock ont reçu une information selon laquelle un vendeur d’héroine se fixe pour point de rencontre avec ses clients, un endroit jouxtant la résidence al Firdaous au quartier El Oulfa. L’indic, source de l’information, s’est montré très coopératif avec les limiers de la police pour faire tomber ce vendeur de drogue. Objectif : éviter au maximum possible de jeunes de se trouver esclaves de cette poudre. Cela étant, cet indic a consenti pour jouer le rôle de la souricière, et 24 heures après, cette personne appelle le «dealer» en vue de fixer un rendez-vous pour la «soi-disant» livraison.  Le suspect, sans se douter du piège qui lui était tendu, s’est présenté au rendez-vous.Ainsi, l’étape du marchandage est entamée dans la discrétion totale avant de déboucher sur celle de l’entente sur le prix de vente. Aussi, le vendeur d’héroïne demande à son «client» quelques minutes pour aller chez lui chercher la commande.
Au moment de la livraison, les éléments de la police judiciaire ont épinglé le « dealer » qui était en possession de douze grammes d’héroïne. Ce jeune homme de vingt et un ans a ainsi conduit les éléments de la police chez lui, et suite à une perquisition, ils ont pu saisir une petite somme d’argent et une cuillère dont le cuilleron était couvert de papier aluminium servant pour la préparation d’une dose d’héroïne. De même, sept mandats de Wafa Cash ont été trouvés à son domicile, faisant preuve que ce jeune homme avait envoyé plusieurs sommes d’argent à une autre personne demeurant à Nador. Conduit au commissariat de police, et soumis aux interrogatoires, l’individu a avoué sa dépendance à l’héroïne ce qui l’a poussé à en vendre pour avoir suffisamment d’argent en vue de s’approvisionner. C’est ainsi que les justificatifs des mandats d’argent envoyés vers la ville de Nador s’expliquaient, puisque le fournisseur de ce jeune homme se trouvait à Nador, et qui est toujours en fuite. Un autre « dealer » a également été mis en cause. Issu de la ville de Nador et demeurant au quartier Sbata à Casablanca, celui-ci a été arrêté dans la chambre d’un hôtel situé au centre-ville, où ils ont saisi plusieurs billets en euro. La police a saisi également chez lui un mandat qu’il avait reçu du premier mis en cause. Les deux dealers d’héroïne ont été traduits devant la chambre correctionnelle près le tribunal de première instance à Casablanca. Alors qu’un complice et leur fournisseur demeurent encore en fuite.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *