Disparu à Martil, son cadavre est découvert à Tétouan

Disparu à Martil, son cadavre est découvert à Tétouan

Mustapha Bourkadi est sorti de chez lui, au quartier Ahrek, à Martil, ce mercredi 12 octobre, sans retourner. Ce jeune de vingt-cinq ans, qui transporte les marchandises à bord de son véhicule, une Suzuki blanche, jouit d’une bonne réputation. Il n’est ni un drogué ni un ivrogne.
Jeudi 13 octobre, il ne donne pas signe de vie. Son téléphone portable ne sonne plus. Son véhicule n’est garé dans aucune station. Ses parents, les membres de sa famille, ses amis et ses voisins le cherchent partout. En vain. Ses photos ont été même publiées sur le Net. La police de la ville est alertée. Une recherche pour le compte de la famille se lance. Les enquêteurs apprennent que Bourkadi distribuait, la veille, de la marchandise au quartier Mixta Safia, à Martil. Depuis, personne ne l’a revu, ni croisé, ni avoir remarqué son véhicule stationné quelque part. Plus de quarante-huit heures après, Mustapha est toujours porté disparu. Les recherches se poursuivent sans cesse. Le véhicule a été découvert stationné au quartier El Houma Jdida, à Martil. A Tétouan, une valise fermée, abandonnée sur une route déserte, située non loin du quartier Kouimla, met, ce matin du samedi 15 octobre, la puce à l’oreille d’un passant. Il s’approche de la valise suspecte, ne l’ouvre pas, ne la touche même pas. Un seul réflexe lui suffit : alerter la police par son téléphone cellulaire. La police de la ville se mobilise. Toutes les hypothèses sont possibles. Peut-être qu’elle renferme une bombe, des effets vestimentaires, des pierres… ou un cadavre ? Avec précaution, la valise a été ouverte. C’est la mauvaise surprise. Elle renferme le cadavre d’un jeune homme, en début de décomposition, qui semble avoir été étouffé. S’agit-il du cadavre de Mustapha Bourkadi ? Son père, son frère et son oncle qui sont venus à la morgue, le reconnaissent. L’analyse de l’ADN le prouve. Les investigations se lancent. Les limiers ne perdent pas de temps. Ils arrivent à décortiquer l’énigme de cette disparition en vingt-quatre heures après la découverte du cadavre. Cinq malfrats sont mis sous les verrous. C’est eux qui ont kidnappé le défunt et l’ont tué. Le mobile n’est autre que le vol. n

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *