Disparue de Marrakech, elle se suicide 3 ans plus tard à Beni Mellal

Nous sommes à Beni Mellal. Dans un coin de la Place de la Liberté, une jeune femme se sanglait et mettant sa main au niveau du ventre. Etait-elle malade ? Peut-être. Une femme qui y passait est intervenue pour de l’aider à se tenir debout. D’autres personnes l’ont rejoint pour savoir ce qui est arrivé à la jeune femme. Quelqu’un a pris l’initiative pour appeler la protection civile et la police. Les éléments du premier arrondissement de police se sont dépêchés sur les lieux. Que s’est-il passé ? Pas de réponse. Elle ne portait aucun document sur elle pour l’identifier. Qui était-elle ? Difficilement, elle a balbutié : «Je m’appelle Chaymae Kabiri, mariée… Mon mari est à Marrakech…». Elle a été évacuée vers l’hôpital régional de Beni Mellal. Elle a confié au médecin chef qu’elle avait ingurgité du raticide.
Bref, elle avait l’intention de se suicider. Pourquoi ? Aucune réponse. Tout d’un coup, elle a perdu connaissance. Le médecin semble avoir déployé tous ses efforts pour la sauver. Malheureusement, le lendemain, elle est morte. Qui était-elle au juste ? Où était sa famille ? Son époux habite-t-il, vraiment, à Marrakech ? Si oui, qu’est-ce qu’elle faisait à Beni Mellal ? Ce sont les questions qui hantaient l’esprit des enquêteurs qui devaient arriver à résoudre l’énigme du suicide de la jeune femme. Menant des investigations minutieuses, les limiers de Beni Mellal sont arrivés à savoir son domicile à la ville ocre, son mari, Mohamed, son unique fille, Hasna, et sa mère. «Je ne l’ai pas vue depuis trois ans…», a confié le mari, Mohamed, aux enquêteurs. D’abord, elle ne se nomme pas Chaymae, mais Amina. Elle est âgée de vingt-sept ans. Elle avait dix-neuf ans quand elle a rencontré son mari. Son aîné de vingt-sept ans, ce dernier était déjà marié à une première femme, avec laquelle il a sept enfants. Retraité, il se débrouillait pour subvenir aux besoins de sa famille composée de deux épouses et huit enfants. Seulement, il a été mouillé, en 2005, dans une affaire judiciaire qui lui a coûté deux mois de prison ferme. Au moment où il était incarcéré, Amina a commencé à travailler dans un café pour cinquante dirhams par jour. C’était la période durant laquelle elle avait fait la connaissance d’un jeune homme. Quand son mari s’apprêtait à quitter la prison, elle s’est enfuie avec son amant sans donner signe de vie. Mohamed l’a cherchée partout. En vain. De même, il s’est rendu au siège de la deuxième chaîne de télévision marocaine, 2M, pour exposer son cas à l’émission «Moukhtafoune». Toujours en vain. Ce n’est que trois ans plus tard, qu’il l’a retrouvée corps sans âme à la morgue de l’hôpital de Beni Mellal. Personne ne sait au juste pourquoi est-elle arrivée à ce stade de désespoir. Car, la vérité a été enterrée avec son corps.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *