Du matricide et fratricide à la peine de mort

Du matricide et fratricide à la peine de mort

Nous sommes à Beni Mellal. La salle d’audience était comble ce jour du mois de mars. Quatre mois après son double crime, un matricide et un fratricide, Azzedine s’est tenu au box des accusés. Il a avoué son double crime, il a tout raconté. Mais, il a affirmé n’avoir pas l’intention de tuer sa mère et sa sœur ! C’était le mardi 16 novembre 2010, la veille de la fête du Sacrifice, Aïd El Adha. Comme tous les musulmans de la planète, F. S, veuve depuis la mort de son mari, un policier tué par un trafiquant de drogue à coup de couteau, et sa fille aînée, I. Y, se préparaient à cette occasion, chez elles au quartier Ouled Hamdane. Son fils, Azzedine, la vingtaine, célibataire et sans profession, était en dehors de chez lui, en compagnie de ses amis. En fait, depuis qu’il a abandonné l’école, au primaire, il n’a jamais cherché à gagner sa vie. Sa mère lui donnait l’argent dont il avait besoin. Sinon, il protestait en l’insultant. Et parfois, il tentait de la frapper surtout qu’il est devenu accro aux boissons alcoolisées et au haschich. Leurs voisins intervenaient de temps en temps pour la sauver, ainsi que sa fille, de la cruauté de son fils. C’est ce qu’ils ont tenté de faire, ce jour du crime, quand ils ont entendu les cris de la mère. Mais, lorsqu’ils sont rentrés à la maison, ils n’ont pas cru leurs yeux. Ils ont découvert que F. S et sa fille gisaient dans une mare de sang. Elles étaient encore en vie. La police a été alertée. Les enquêteurs qui se sont dépêchés sur la scène du crime ont remarqué que les deux femmes présentaient des blessures au niveau du cou et de la poitrine. Deux ambulances y ont débarqué. La mère et sa fille ont été évacuées vers les urgences de l’hôpital. Seulement, elles ont rendu l’âme quelques minutes plus tard. Les voisins ont mis l’index sur le fils ingrat. Les enquêteurs ont rebroussé chemin vers la scène du crime. Ils ont mis la main sur l’arme du crime : un couteau. C’était la preuve pour les limiers. Mais où est le fils et frère, meurtrier ? Les recherches et les surveillances menées dès le début ont donné leur fruit quarante-huit heures plus tard. Azzedine a été arrêté. Il a facilement avoué son double crime. Aussi bien devant les enquêteurs de la police judiciaire que devant le président de la Cour et ses deux assesseurs, il a affirmé avoir demandé une somme d’argent à sa mère. Mais, elle s’est abstenue de lui en donner . Impatiemment, il a attendu la sortie de sa sœur afin qu’elle fasse des courses pour rentrer à la cuisine. Il a saisi le couteau qui venait d’être aiguisé pour égorger le mouton acheté à l’occasion de la fête du Sacrifice. Il a rejoint sa mère qui était dans sa chambre en train de regarder la télévision. Sans pitié, il l’a tirée par les cheveux. Et rapidement, il lui a asséné deux coups au niveau de son cou, de sa poitrine, puis au niveau de son ventre. Il n’a pas épargné également sa sœur qui venait de rentrer. Il l’a criblée de coups de couteau.
Après ses aveux et les délibérations, la Cour l’a condamné à la peine de mort.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *