El Jadida : Il se faisait passer pour le premier président de la Cour d’appel…

El Jadida : Il se faisait passer pour le premier président  de la Cour d’appel…

Tiré à quatre épingles, il gare sa voiture avant de descendre et se diriger vers le marchand de couscous au petit-lait (saykouk), qui se tient dans un coin d’une ruelle de la ville d’El Jadida.

Smartphone à la main, il demande à son interlocuteur de l’attendre pour quelques secondes, le temps de demander au marchand de lui préparer un bol de saykouk. Il reprend la discussion avec son interlocuteur. La conversation ne peut échapper au marchand qui le fixe des yeux. Tout en ajoutant du petit-lait au couscous, il entend le client en train de donner des instructions au chef de la brigade d’une gendarmerie royale de la région pour ne plus maintenir quelques suspects en garde à vue et de les relâcher afin de les présenter le lendemain devant le procureur du Roi près le tribunal de première instance. En terminant sa conversation, il fait semblant de composer un autre numéro.

Le marchand de saykouk ouvre encore plus les yeux et les oreilles. L’élégant homme semble donner ses instructions à la secrétaire de son bureau. Après quoi, il met son smartphone dans sa poche pour tenir le bol de saykouk tout en poussant un ouf de soulagement et en se présentant au marchand en tant que premier président de la Cour d’appel à El Jadida. Et avant de terminer le bol, il explique au marchand qu’il aime les pauvres et aime les aider étant lui issu d’une famille indigente.

Au fil de la conversation, il lui propose d’être l’un des bénéficiaires des lots de terrain. Une somme de 8.300 DH était suffisante pour qu’il figure dans la liste dressée par les responsables de la ville. Le marchand saute de joie et remercie le soi-disant magistrat pour sa bonté. Le lendemain, le marchand le rejoint en compagnie de son fils. Tous deux montent à bord de la voiture du prétendu 1er président de la Cour d’appel. Celui-ci ne s’arrête qu’une fois  arrivé à l’entrée du siège d’une société de l’immobilier. Il y entre avec les 8.300 DH à la main et en sort un quart d’heure plus tard. Il lui explique qu’il a remis la somme au fonctionnaire lequel ajoutera son nom à la liste des bénéficiaires. Mais, depuis, il n’a plus donné signe de vie.

Une plainte a été déposée. Le suspect ne tardera pas à être arrêté. Plusieurs victimes ont été identifiées.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *