El Jadida : Ils incitent leur fils à dépuceler une adolescente

El Jadida : Ils incitent leur fils  à dépuceler une adolescente

Nous sommes à la chambre criminelle près la Cour d’appel d’El Jadida. Au box des accusés se tiennent un père de famille, poursuivi en état d’arrestation, et son épouse, en état de liberté provisoire, pour complicité à l’attentat à la pudeur sur une mineure avec violence ayant entraîné défloration.

L’affaire a commencé par une plainte portée par la mère d’une adolescente de seize ans qui a quitté le foyer parental. Dans la plainte, la mère a expliqué que sa fille a fugué pour rejoindre une famille demeurant à Azemmour, chez laquelle elle a séjourné durant dix-neuf jours. La mère plaignante a précisé que sa fille a été séquestrée par cette famille qui refusait de la laisser partir.

Sans perdre du temps, la police a accompagné la mère plaignante chez la famille d’Azemmour. Le père qui l’a accueillie leur a expliqué que l’adolescente s’est réfugiée chez lui alors qu’elle était dans un état psychique lamentable. De bonne foi, a-t-il dit, il l’a gardée parmi ses enfants en attendant que ses parents viennent la récupérer. Toutefois, une relation amoureuse est née entre son fils et l’adolescente, a-t-il ajouté. A ce propos, il s’est rendu, en compagnie de son épouse, chez la famille de l’adolescente pour la demander en mariage, mais ils ont été repoussés.

Et pourtant, a-t-il expliqué, l’adolescente ne voulait plus retourner chez elle. Cette dernière a cependant rejeté en bloc les assertions du mis en cause ainsi que celles de son épouse qui l’a incitée, selon les déclarations de l’adolescente, à entretenir une relation amoureuse avec son fils pour qu’ils se marient le plus tôt possible. Toutefois, l’adolescente a avoué avoir partagé le même lit avec le fils du couple en cause qui est arrivé à la dépuceler en suivant le conseil de son père. Ce dernier avait l’intention d’obliger la famille de l’adolescente à accepter d’épouser leur fils. Pour quelle raison ? Le couple n’a donné aucune explication à la Cour qui les a jugés coupables et les a condamnés, chacun, à deux ans de prison ferme, après les avoir fait bénéficier de circonstances atténuantes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *