Elle l’aime, il la tue

Elle l’aime, il la tue

Nous sommes dans la capitale économique, Casablanca. Le corps d’une jeune fille, lacéré de vingt-deux coups d’une arme blanche, a été découvert, gisant dans une mare de sang dans un terrain vague. Qui est-elle ? C’est la question que les enquêteurs avaient posée aux badauds qui sont venus s’attrouper autour du cadavre. La réponse était facile puisque la défunte était connue par les habitants du quartier. C’était Khawla, vingt-trois ans, issue d’une famille indigente. En fait, elle n’est pas originaire de Casablanca, mais elle y est arrivée après avoir été abandonnée à son triste sort. Elle a vu le jour à Kenitra. L’enquête diligentée par les limiers de la police judiciaire a commencé par la collecte des témoignages. Des témoignages qui leur ont permis de mettre la main sur le fil conducteur de l’affaire. D’abord, l’enquête a révélé qu’après son arrivée à Casablanca, Khawla a fait la connaissance de Mohamed, un jeune célibataire de trente-deux ans. Celui-ci n’a pas hésité à l’inviter chez lui. Dès leur première rencontre, Khawla a accepté de passer la journée sous le même toit. Depuis, ils se sont engagés dans une relation amoureuse. Mohamed ne lui refusait rien, il répondait à tous ses besoins. Khawla n’a jamais rencontré un jeune qui la traitait ainsi au point qu’elle rêvait de passer le reste de sa vie en sa compagnie. C’était l’amour fou. Certes, elle plaisait à Mohamed. Mais l’aimait-il ? Sans aucun doute, elle croyait qu’il partageait avec elle les mêmes sentiments comme il partageait avec elle le même lit. Seulement, il l’a surprise la dernière fois quand il lui a confié, sans vergogne, qu’il se contente de partager son temps avec elle. Certes, elle a tenté d’oublier ces mots blessants. Mais elle n’a pas pu le faire. Elle lui reprochait de ne pas avoir pu l’aimer. Pire encore, elle perdait ses nerfs quand elle le remarquait en train de fixer une autre fille qu’ils croisaient sur leur chemin. Elle lui reprochait un tel comportement. Mais, il gardait le silence. Elle l’injuriait. Ils finissaient par se disputer. Les investigations ont révélé également qu’elle était, la dernière fois, en compagnie de Mohamed et de son frère. «Ils s’enivraient tous les trois», ont précisé quelques témoins. Les enquêteurs sont allés au domicile des deux frères, seul le frère de Mohamed s’y trouvait. Conduit au commissariat de police et soumis aux interrogatoires, il a affirmé être en compagnie de son frère Mohamed et sa maîtresse Khawla. Il a ajouté qu’une rixe a éclaté entre les deux amants. Pourquoi ? Parce que Mohamed ne voulait plus de Khawla. «Mon frère lui a demandé de mettre fin à leur relation. Il avait l’intention de se marier avec une autre fille», a précisé le frère de Mohamed aux enquêteurs. Les enquêteurs sont allés à la recherche de Mohamed qui a disparu depuis qu’il a commis son crime. Il leur a fallu trois jours pour l’arrêter chez sa sœur. Il a été conduit au commissariat de police et a été soumis aux interrogatoires. Il a avoué son meurtre. «Armée d’un couteau, elle avait tenté de me tuer. Je lui ai arraché le couteau et lui ai asséné plusieurs coups», a-t-il déclaré aux enquêteurs.
C’est la même réponse qu’il avait donnée devant les juges de la chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca. Jugé coupable de coups et blessures ayant entraîné la mort sans avoir l’intention de la donner, il a écopé de quinze ans de réclusion criminelle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *