Elle meurt sur le lit de son amant

Elle meurt sur le lit de son amant

Mohamed se réveille et contemple le corps splendide de Khadija, allongée à ses côtés. Il lui propose de faire l’amour encore une fois avant de partir. Cependant, elle lui répond qu’elle n’a pas assez de temps. Elle doit prendre le premier train, partant de la ville de Fès à destination de Mohammedia où elle doit rejoindre son mari et ses cinq enfants. Mohamed est son amant. Leur relation amoureuse date depuis une dizaine d’années. C’est l’histoire d’un grand amour. Elle était prête à tout faire pour le vivre pleinement sans restriction aucune.
Elle parcourait plus de 250 km, entre Fès et Mohammedia, à bord du train pour rejoindre son amant et passer en sa compagnie des moments intimes.
Quand et où sont-ils rencontrés pour la première fois ?
Née en 1979 dans un douar pas loin de Sidi Harazem, Khadija a grandi au sein d’une famille indigente. Un jeune garçon fréquentait souvent leur domicile. Il s’agit de Mohamed, l’ami de son frère Rachid. Travaillant tous les deux dans une fonderie de cuivre dans l’ancienne médina de la ville de Fès, Mohamed et Rachid sont devenus de bons amis. Ils sont inséparables. Au fil des visites, les différents membres des deux familles sont devenus très proches les uns des autres.
À l’instar de ses parents et ses frères et sœurs, Khadija s’est habituée à Mohamed au point qu’elle ne le considère plus comme un étranger. Bien au contraîre. Entre-temps, elle s’est mariée à un homme plus âgé qu’elle de plusieurs années. Elle s’est installée à Mohammedia avec son mari. Au terme de la première année de vie conjugale, un enfant vient égayer leur foyer, puis un deuxième l’année suivante. Mais des problèmes conjugaux ne tarderont pas à surgir et à empoisonner la vie du couple. Ne pouvant plus supporter la situation, Khadija demande le divorce.
La famille est intervenue pour les réconcilier. En vain.
Après le divorce, Khadija est retournée vivre chez sa famille. Ses deux enfants sont restés avec leur père à Mohammedia. Mohamed qui est devenu depuis belle lurette un membre de la famille n’a pas hésité à la soutenir. Ils sont devenus alors de plus en plus proches. Une histoire d’amour est née.
Entre-temps, le mari de Khadija lui a demandé de retourner vivre auprès de lui et prendre soin de ses deux enfants. Sa famille est intervenue pour les réconcilier. « Tu ne dois pas vivre loin de tes enfants. Ton retour auprès d’eux ne signifie pas que nous allons nous séparer. Nous resterons toujours en contact.», lui a expliqué Mohamed.
Convaincue, Khadija retourne à son foyer conjugal. Et sa relation avec Mohamed reprend de plus belle. Celui-ci ne rate aucune occasion pour la rejoindre à Mohammedia.
Profitant de l’absence de son mari et de ses deux enfants, elle fait l’amour avec son amant. Elle demande souvent à son époux de rendre visite à sa famille. Elle rejoint ainsi son amoureux à un appartement du quartier Narjis, à Fès. Ils passaient la nuit en picolant jusqu’au petit matin.
Et bien qu’elle soit devenue mère de cinq enfants, elle a continué à rencontrer son amant à Fès ou à Mohammedia. Conscient de la gravité de ce qu’ils commettent, bien que tardivement, Mohamed a décidé de rompre la relation.
Il cherchait à chaque fois un prétexte pour éloigner Khadija. Mais en vain.
Dimanche 15 janvier 2006, Khadija l’a rejoint. Elle lui a reproché de vouloir l’abandonner. Il lui a expliqué qu’ils ne doivent plus continuer de se revoir. Pourtant, ils ont partagé ce soir-là le lit jusqu’au lendemain, lundi 16 janvier 2006.
Elle ne voulait pas partir. Elle lui a proposé de passer ensemble une seconde nuit. Mardi 17 janvier. Mohamed s’est réveillé. Quand il a commencé à la réveiller pour ne pas rater son train, il réalise que le corps est inerte. Khadija est morte. Sous le choc, Mohamed qui a peur ne sait quoi faire. Il demande l’avis d’un ami, qui lui conseille d’alerter la police. Arrêté, il est traduit devant la justice de Fès.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *