Elle tue son père pour de l’argent

Cela fait sept ans que Siham a quitté son douar Sekouiline, dans la région de Berrechid, province de Settat. Encore adolescente, elle a atterri à Marrakech. Obligée de gagner sa vie, elle s’est retrouvée dans le gouffre de la prostitution. Et sans prendre ses précautions, elle est tombée enceinte. En 2005, elle a mis au monde une petite fille. Entre-temps, elle a rencontré Badreddine, un trafiquant de drogue notoire, né en 1979. Dans le but de mettre fin à sa carrière de fille de joie, elle a entretenu une relation amoureuse avec lui. Pour son activité illicite, Badreddine a purgé plusieurs peines d’emprisonnement. Au point qu’il ne supporte la vie derrière les murs du pénitencier. La solution ? Mettre fin à son activité et quitter la ville ocre en compagnie de sa concubine, Siham, à destination de Berrechid, province de Settat, non loin du douar où demeure le père de Siham, un berger de son état, qui vit seul depuis belle lurette.
Après avoir dépensé tout l’argent dont Badreddine disposait, le couple s’est rendu, avec la petite fille, vers Sidi Bennour, province d’El Jadida. Au fil du temps, Siham a appris que son père avait bénéficié d’une somme de 300 mille dirhams, suite à  la vente d’un lot de terrain d’héritage. Mais en réalité, il n’a empoché que 20 mille dirhams.
Nous sommes le 29 juin 2007. Laissant sa fille chez une voisine à Sidi Bennour, Siham a rendu visite à son père, en compagnie de son concubin. Lors de leur conversation, elle l’a informé qu’elle avait besoin d’argent pour opérer sa fille. Il lui a expliqué qu’il n’en disposait pas. Siham et son concubin ont alors quitté la maison. Ils ne sont pas retournés à Sidi Bennour. Ils sont allés chez un «guerrab» à Hay Hassani, à Berrechid. S’approvisionnant de vin rouge, ils sont retournés au douar Sekouiline vers 22h. Après avoir vidé les bouteilles, Siham a escaladé un mur donnant sur l’intérieur de la maison de son père. Attiré par le bruit, ce dernier s’est réveillé. Il a surpris sa fille, l’a frappé, avec un bâton. Badreddine est intervenu et a frappée le père de la jeune femme. Après quoi, il l’a étranglé avec ses mains. Ils ont cherché, ensuite, partout dans la maison l’argent de l’héritage. Mais en vain. Ils ont alors conduit le cheptel à bord d’un camion jusqu’à Tit Mellil pour le vendre. Et ils sont ensuite allés à Nador. A la fin du mois d’octobre dernier, ils ont trouvé du travail chez un fellah de Beni Nsar. Ce dernier, qui avait été trompé par l’un de ses employés, leur a demandé les cartes d’identité nationale. En s’adressant au commissariat pour savoir s’ils n’étaient pas des repris de justice, il fut surpris de constater que Siham et Badreddine étaient recherchés par la police depuis près d’une année et demie. Ils ont été arrêtés et mis entre les mains de la police judiciaire de Settat.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *