Elle tue un enfant par dépit amoureux

Elle tue un enfant par dépit amoureux

Au quartier "Route de Tanger", à Sidi Kacem, l’après-midi du jeudi 16 du mois courant était très chargé d’émotion.
Car, la meurtrière du jeune écolier, Aziz Zaoui, âgé de sept ans, y sera pour la reconstitution du crime. Une foule compacte et bruyante s’est massée dans la zone : les parents de la victime, les voisins, les habitants du quartier, qui attendaient depuis quelques heures son arrivée. Les policiers se sont dépêchés également sur les lieux pour maintenir l’ordre public. Un moment plus tard, arrive le fourgon transportant la mise en cause, les membres de la sûreté préfectorale de la police judiciaire de Sidi Kacem et leurs collègues de la sûreté de Kénitra qui sont venus dès la découverte, lundi 13 mars, du cadavre de l’enfant pour donner un coup de main aux enquêteurs.
Les menottes aux poignets, la jeune femme de taille moyenne, portant une djellaba et un foulard, a été conduite sur le lieu du crime accompagnée de quelques policiers. On craignant la colère des badauds, venus nombreux pour assister à la reconstitution du crime. «Sale meurtrière…Que Dieu te maudisse», scandent quelques individus tenus en respect par les forces de l’ordre. Qui est cette femme ? Et pourquoi a-t-elle tué l’enfant, Aziz Zaoui ?
Née en 1960, l’accusée se prénomme Aziza. Son histoire remonte à une vingtaine d’années alors qu’elle était à son vingtième printemps. La belle Aziza est tombée amoureuse de son voisin, Zaoui, son aîné de six ans. La relation des deux tourtereaux se consolide au fil des jours. Rencontres aux jardins ou aux cafés de la ville, embrassades en cachette puis promesses de mariage. Seulement, le destin en a décidé autrement. Leur relation a été rompue.
Zaoui a épousé une autre jeune fille. Pour quelles raisons ? Aucune explication. Plus tard, Aziza s’est mariée, également et a accompagné son mari à Tanger.
Elle espérait en fondant une famille oublier son premier amour. Mais elle a du mal à l’oublier. Elle pense de plus en plus à son bien-aimé, Zaoui. Ce dernier semble, lui, avoir tourné la page surtout après avoir eu un premier enfant, puis un second. Les problèmes conjugaux d’Aziza ne cessent d’empoisonner sa vie. Elle divorce et retourne vivre à Sidi Kacem. Folle amoureuse de Zaoui, Aziza est déterminée, à reconquérir le cœur de l’homme de sa vie. Quelques jours après son retour dans la ville, elle est passée à l’action. Pour rester proche de Zaoui, elle s’est installée dans une maison située à une centaine de mètres de la sienne. Petit à petit, elle a commencé à nouer des liens d’amitié avec sa femme et ses deux enfants. Sans déployer beaucoup d’efforts, elle a réussi à parvenir à ses fins. Zaoui s’est jeté dans ses bras sans se soucier de sa famille. Il lui rendait visite de temps en temps et partageait le même lit avec elle. Elle lui a parlé à maintes reprises la question du mariage.
Il lui a expliqué qu’il ne pouvait pas pour deux raisons. Premièrement, sa femme ne lui donnera pas l’autorisation, nouvelle Moudawana oblige. Et la deuxième raison est qu’il ne peut pas la répudier car elle est la mère de ses deux enfants. Du coup, l’idée de liquider ses enfants commence à lui hanter l’esprit. Ayant un certain bagage d’instruction intellectuel et un niveau de formation non négligeable (niveau bac), Aziza a commencé à donner des cours supplémentaires à Aziz qui poursuivait ses études primaires à l’école privée Alaoui Mdaghri, ainsi qu’à d’autres écoliers du quartier.
Lundi 13 mars, le petit Aziz est rentré chez elle vers l’après-midi. Aziza s’approche de lui. Le petit garçon fut surpris par la jeune femme qui entoure son cou par un foulard et le serre avec force. Quand il a perdu conscience, elle a enfoncé une cuillère en bois à l’intérieur de son anus pour induire en erreur les enquêteurs. Et leur faire croire qu’il s’agit d’un acte de viol doublé d’un meurtre. Après quoi, elle l’a mis dans un grand sachet en plastique et l’a jeté. Le cadavre a été retrouvé dans le jardin d’une maison mitoyenne par un garçon alors qu’il cherchait son ballon. Les enquêteurs ont poursuivi minutieusement leurs investigations. Toutes les pistes  mènent à Aziza. Interrogée, la jeune femme a fini par avouer son crime.
Avait-elle l’intention de tuer le second enfant de Zaoui ?  Sans aucun doute et ce n’était qu’une question de temps.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *