Enlèvement d’une jeune femme en plein jour

Quartier Aknisse, à Taroudant. Vers 9h30 du troisième vendredi du mois de décembre, Samira s’attable dans un café pour prendre son petit-déjeuner. C’est une habituée de ce café où elle vient aussi le soir pour prendre un café.
Le propriétaire, le gérant et les serveurs ainsi que la majorité des clients la connaissent. Elle y vient toujours seule, sans compagnie. Réservée et sans problème, cette jeune femme de 38 ans n’adresse que rarement la parole à autrui. Les serveurs du café remarquent aussi que lorsqu’elle arrive le matin, elle ne porte pas de maquillage, contrairement au soir où elle se fait belle. Pourquoi ? Les mauvaises langues s’en donnent à cœur joie : elle serait une prostituée qui prend le soin de sélectionner ses clients dans le café. Certains affirment aussi qu’elle n’est pas une native de Taroudant et qu’elle n’y est que depuis quatre ans. Elle aurait quitté sa ville natale, Khouribga. Cette jeune femme est issue d’une famille pauvre et est sans emploi. Samira a un niveau baccalauréat qui ne l’a pas aidé à trouver un emploi. Elle imaginait peut-être que son niveau scolaire lui permettrait de travailler. Mais, c’est la déception. Elle s’est alors mariée avec un jeune homme, qui lui a promis la belle vie. Au départ, il était aimable, gentil, sérieux et lui montrait le grand amour. Quelques mois plus tard, tout a changé et le foyer conjugal a commencé à s’effriter.
Le mari n’est plus ce qu’il était. Il est devenu soûlard, violent et cruel au point que sa femme ne pouvait plus vivre avec lui sous le même toit. Résultat? Le divorce. Et c’est à moment pénible que Samira a décidé de quitter sa ville, sa vie et son passé. Personne ne savait au juste pourquoi elle avait choisi Taroudant pour destination. Au fil du temps, la jeune inconnue s’est habituée à cette ville, à ses lieux et à ses habitants.
Ce vendredi-là, alors que Samira était au café, un jeune homme est arrivé. Il s’agit de Mohamed, âgé de 30 ans, célibataire et sans profession. C’est un repris de justice tristement célèbre pour sa mauvaise réputation et sa consommation de drogue. Il a regardé Samira avant de lui chuchoter quelques mots à l’oreille. Elle n’a pas répondu et s’est levée pour quitter les lieux. Seulement voilà, cela semblait contrarier Mohamed qui a sorti un couteau et lui a ordonné de l’accompagner. Le propriétaire du café et les serveurs ont tenté d’intervenir en le suppliant de la relâcher. Mais en vain.
Les clients, eux, avaient une peur bleue et aucun n’a réagi. Ils n’ont pas pu la libérer des griffes de son kidnappeur. Mohamed l’a conduite sous la menace du couteau à côté du cimetière juif. Là, il l’a violée avant de tenter de prendre la fuite. Mais les éléments de la police du premier arrondissement, qui ont été alertés par le propriétaire du café, sont arrivés à l’épingler sur le lieu de son délit.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *