Enquête sur Mina El Houari, une franco-marocaine, enterrée vivante à Fès

Enquête sur Mina El Houari, une franco-marocaine, enterrée vivante à Fès

L’idée était d’aller passer quelques jours tranquilles à Fès, histoire de changer d’air, de se ressourcer et de faire un réel break avec la vie trépidante en France. Mina El Houari était loin de se douter que c’était là son dernier voyage. Un aller simple pour la tombe. La destination choisie n’est pas fortuite. Fès est une ville où Mina compte de la famille.

Fès est une ville où elle avait passé du temps, il y a quelques mois. Elle arrive en terrain conquis, en toute quiétude.  D’autant que c’est à Fès qu’elle avait rencontré Abderrahmane, un Fassi, avec qui elle va nouer une relation, à son retour en France, via Facebook. En partant, Mina El Houari, qui habite dans le Vaucluse, au Sud de la France, dans la localité du Cadenet, n’avait pas donné d’explications aux siens.

A 25 ans, elle avait l’habitude de voyager seule et de se débrouiller comme une jeune femme de son âge sait le faire. L’idylle grandit via le Net. Mina et Abderrahmane se sentent proches l’un de l’autre.  Ils décident de se revoir. Rendez-vous est donc donné à la mi-mai au Maroc, à Fès. Chose faite. Mina débarque chez son amoureux. Tout va pour le mieux. Jusque-là.

Le 19 mai 2014, Mina est bien arrivée. Elle prend une chambre dans un hôtel. Mais Abderrahmane l’accueille aussi chez lui. Quelques jours passent, Mina ne donne plus signe de vie à l’hôtel. Les employés, qui la connaissaient pour l’avoir vue plusieurs  fois de suite, sont inquiets. Ils donnent l’alerte. Les investigations sont lancées par la police et les recherches  mènent d’abord à son ordinateur.

C’est là que l’expertise révèle l’existence de ce Abderrahmane, fils d’un juge à la retraite. La suite st simple. On trouve Abderrahmane, on lui pose des questions et il se met à table. Mina a été enterrée dans le jardin de sa villa à Oued Fès. Que s’est-il passé ? Pourquoi Abderrahmane a enterré Mina dans le jardin ? Les interrogations sont nombreuses. Les réponses semblent insatisfaisantes.

Le corps a été enterré à la hâte. La police a trouvé lors de la perquisition, une pelle et des vêtements tachés de boue.  Selon les résultats d'une première autopsie, la jeune femme aurait été inhumée vivante. Abderrahmane explique aux enquêteurs que Mina aurait eu un malaise et perdu connaissance. Il faut ici souligner un point très important qui aura peut-être son poids dans cette enquête : Mina était diabétique et devait se faire des piqûres d’insuline, plusieurs fois par jour. Mina s’évanouit donc.

Abderrahmane raconte qu’il a paniqué. Il ne savait plus quoi faire. Il dit avoir été sûr qu’elle était morte. Il décide alors de l’enterrer pour se débarrasser de son corps. Pour la famille,  cette thèse ne correspond pas à la réalité. Sa sœur Houriya explique que Mina «savait gérer son diabète. Je ne l'ai vue qu'une fois faire un malaise. Si elle a vraiment perdu connaissance, ce ne peut être que parce qu'elle a été violentée ou choquée par quelque chose ». Une seconde autopsie est demandée. Après les résultats, on en saura plus sur ce qui s’est réellement passé entre Mina et Abderrahmane.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *