États-Unis : l’assassin voulait sauver des foetus

«Dès la conception (de l’embryon), c’est du meurtre», a affirmé Scott Roeder aux jurés à propos de l’avortement. «Ce n’est pas le métier de l’homme de retirer la vie, sauf en cas de légitime défense ou pour protéger d’autres personnes», a-t-il ajouté. Âgé de 51 ans, Scott Roeder est poursuivi pour l’«assassinat» le 31 mai 2009 du Dr George Tiller, 67 ans et père de quatre enfants, d’une balle dans la tête dans une église de Wichita. Le Dr Tiller était un des rares médecins aux Etats-Unis qui pratiquaient des Interruptions volontaires de grossesse (IVG) tardives – après 22 semaines. Les militants anti-avortement l’avaient surnommé «Tiller, the baby killer» («Tiller, le tueur de bébés»).
Jeudi dernier, Scott Roeder n’a pas essayé de nier les faits : il a expliqué avoir acheté un revolver et des munitions et s’être entraîné au tir dans les jours précédents le meurtre du médecin. Interrogé par son avocat, Mark Rudy, sur des situations pour lesquelles l’avortement pouvait se justifier, Scott Roeder a répondu par la négative. «Je pense à une seule exception, et encore je me débats même avec celle-ci, c’est quand la vie de la mère est en jeu», a-t-il répondu. Il a détaillé avoir d’abord tenté d’interpeller les patientes du Dr Tiller devant la clinique pour les encourager à renoncer à avorter. Puis avoir compris que les précédentes agressions contre la clinique -dont des tirs et un attentat à la bombe- n’avaient pas dissuadé le médecin. «En 1993, Shelly Shannon a tiré sur le Dr Tiller une fois dans chaque bras. Il a repris le travail le lendemain», a-t-il argumenté. De même, il a cité l’exemple de Phill Kline, ancien ministre de la Justice du Kansas qui avait vainement tenté de poursuivre le médecin en justice. L’accusé a également soutenu à la barre qu’une des méthodes pour avorter était de «déchirer les membres du bébé un par un», une remarque qui a fait bondir la procureure Nola Foulston et qui a été refusée par le juge Warren Wilbert, qui préside le procès. A l’ouverture du procès, un de ses avocats, Steve Osburn, avait assuré aux jurés que M. Roeder avait «tué le Dr Tiller parce qu’il pensait que c’était le meilleur moyen de sauver la vie des foetus. Il s’agissait d’une conviction honnête et il n’avait pas le choix».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *