avril 25, 2017

Faits divers : Après 14 ans, la cocaïne larguée sur les plages casablancaises est toujours commercialisée

Faits divers : Après 14 ans, la cocaïne larguée sur les plages casablancaises est toujours commercialisée

C’était un gros poisson que les éléments de la police judiciaire de Sidi Bernoussi à Casablanca ont arrêté la semaine dernière. Pour trafic de cocaïne, ce quadragénaire, père de famille, était recherché et faisait l’objet de plusieurs notes de recherche à l’échelle nationale diffusées par la police judiciaire des districts de Casa-Anfa, Sidi Bernoussi, Hay Mohammedi-Aïn Sebaâ, Aïn Chok, El Fida-Derb Soltan et même par les éléments de la gendarmerie royale de 2 Mars à Casablanca. Seulement, il est tombé, enfin, dans les filets des limiers de Sidi Bernoussi et ce, grâce à une consommatrice de cocaïne. Cette jeune fille a été interpellée par la police pour consommation de cocaïne. Soumise aux interrogatoires, elle a livré l’identité de son fournisseur habituel. Il s’agit de la même personne recherchée depuis une dizaine d’années. Seulement, cette fois-ci, la police lui a tendu un piège qui a permis de l’arrêter.

Les limiers ont sollicité la jeune fille de lui téléphoner. Acceptant de coopérer, elle a téléphoné à son fournisseur et lui a demandé de lui préparer deux grammes de cocaïne. Ils ont fixé un rendez-vous pour se rencontrer au centre-ville. À mi-chemin, le trafiquant de cocaïne lui a téléphoné et lui a demandé de changer du lieu de rencontre. La nouvelle destination était boulevard Bouchaïb Doukkali, préfecture d’El Fida-Derb Soltan. En fait, il n’a pas descendu de sa voiture quand la cliente l’a rejoint.

Mais, les détectives étaient bien préparés pour l’arrêter. Surtout qu’il est arrivé à leur échapper, il y a quelques jours, quand ils l’ont encerclé au quartier Bourgogne. Selon une source policière, les enquêteurs se sont abstenus d’engager une course-poursuite surtout que le trafiquant de cocaïne avait emprunté le sens inverse du chemin. Une course-poursuite qui pourrait  déboucher sur un échec. Arrêté, le dealer était en possession de dix grammes de cocaïne. Il avait l’intention de livrer les huit autres grammes à d’autres clients. Il a commencé à vendre de la cocaïne depuis quatorze ans, a-t-il affirmé aux enquêteurs. Issu de la région de Had Soualem, il est arrivé, en juin 1997, de se procurer sur la plage d’une grande quantité de cocaïne qui a été larguée, à l’époque, sur les plages casablancaises.

Rappelons qu’en 1997, un ancien navire baptisé Duanas, battant pavillon de Belize, un petit Etat de l’Amérique centrale, transportant six tonnes de cocaïne, a connu plusieurs pannes qui l’ont empêché de continuer sa route vers l’Europe. Enfin, son capitaine a décidé de se débarrasser de la cargaison poudreuse. Immobilisé, il a balancé par-dessus bord sa marchandise par tranches qui s’échouent sur les plages, allant de Casablanca jusqu’à la ville de Safi. Le 21 juin 1997, toute la côte à Sidi Rahal a subi une véritable marée blanche avec l’arrivée massive de paquets pesants de vingt à trente kilos de cocaïne pure. En route vers les Canaries, le navire a été intercepté par les gardes-côtes marocains au large d’El Jadida. Une enquête minutieuse, menée conjointement par la police et la gendarmerie, a dévoilé le périple de cette embarcation qui a inondé les côtes marocaines. Une grosse opération de ratissage a été commandée en haut lieu pour aboutir à la saisie de près de cinq tonnes et demie de cocaïne qui ont été incinérées par la suite dans les fours de la cimenterie Cinouca à Bouskoura. Le reste, soit une tonne et demi, s’est évaporé dans la nature. Au fait, plusieurs colis ont été récupérés, entre autres, par les habitants de Sidi Rahal et régions, qui ont, peu après, commencé à les commercialiser partout. Le trafiquant de cocaïne qui vient d’être traduit devant la chambre correctionnelle près le tribunal de première instance de Casablanca est parmi ces personnes qui ont récupéré la marchandise. Il la commercialisait non pas uniquement à Casablanca, mais aussi dans d’autres villes. Chez lui, à Had Soualem, les enquêteurs ont saisi une importante quantité de cocaïne.

2 Comments

  1. nadia

    Bien sur qu’elle tourne la coke moi j’habite une ville près de Rabat et de temps en temps les commérages que des caisses classes viennent la nuit dans les deroubas se fournir

    Reply

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *