France : trente ans pour un père auteur d’un triple infanticide

Les jurés, en ne retenant pas la préméditation à l’encontre de Pierre Joly, jugé pour assassinat, ont été plus cléments que l’avocat général qui avait requis la réclusion criminelle à perpétuité avec une période de sûreté de 22 ans. Jean-Pierre Nahon avait justifié dans son réquisitoire «cette peine terrible», «au regard de la gravité insupportable des faits, de la souffrance des enfants, de la douleur incommensurable d’une famille». Avant que les jurés ne se retirent pour délibérer pendant plus de quatre heures, l’accusé s’était levé, affirmant que «jamais il n’avait voulu la mort» de ses enfants. «Je veux vivre pour comprendre», avait-il ajouté. Évoquant une affaire «hors du commun» devant une salle où l’émotion était palpable, M. Nahon a décrit l’accusé comme un «homme monstrueux, froid, manipulateur», «atteint dans son ego» par la requête en divorce déposée quelques semaines plus tôt par sa femme, qu’il avait pourtant quittée pour une autre. «Dans cette terrible phrase, on a tout: le mobile, la préméditation et l’idée du crime», a-t-il affirmé, ajoutant que ce père de 39 ans venait ainsi de «prononcer la condamnation à mort de ses enfants», deux filles de 12 et 4 ans, un garçon de 6 ans. Pour la défense, en revanche, «la vérité de ce dossier, c’est un homme qui a perdu la raison». Vendredi dernier, au troisième jour du procès, les experts psychiatres avaient rendu des avis contradictoires, le premier concluant à la pleine responsabilité de l’accusé, les autres estimant qu’un «raptus mélancolique, un état de délire dû à une profonde dépression» avait altéré sa responsabilité. Dans la matinée, l’avocat des parties civiles – la mère des victimes, ses parents et le père de l’accusé – avait quant à lui estimé que tout avait été «planifié dans la souffrance». Rappelant que l’accusé avait d’abord tiré sur la tempe de sa fille aînée avec une carabine à plomb sans la blesser, Me Pierre-Yves Forster avait raconté que le meurtrier s’était alors «adapté», se décidant à noyer les trois enfants dans la baignoire».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *